Les Troubadours de Bytown sur le bois recouvrant la rivière Gatineau, de gauche à droite : Émile Boucher, Miville Belleau, Charles Marchand, Fortunat Champagne et Paul Larose.

Les draveurs, «ces héros de l’ombre»

Le nouveau concept du Musée national Columbo 1806 est officiellement prêt à être mis sous la loupe de l’étude de faisabilité.

Dans le prolongement de sa mission panquébécoise de médiation culturelle, l’organisme A.B.C. Stratégies a déposé le nouveau concept détaillé du projet du Centre Columbo 1806. Ce musée national serait « un lieu de mémoire des exploits accomplis par les cageux et les draveurs, ces héros de l’ombre ».

Le nouveau Centre Columbo 1806 cherchera à mettre en valeur diverses pièces d’archives, œuvres et artefacts, alimentées par des recherches fondamentales et archéologiques. Le musée présentera une programmation régulière adaptée aux saisons, tout en offrant son lot d’expositions temporaires et d’activités spéciales. En plus de la portion « musée », le Centre compte mettre en place un laboratoire de recherche du patrimoine spécialisé sur l’ère des cageux.

Pourquoi le « Columbo 1806 » ? Tout simplement parce qu’il s’agit du nom du premier train de bois que l’Outaouais a fait descendre vers Québec.

Identité collective

En entrevue avec Le Droit, la médiatrice culturelle chez A.B.C. Stratégies, Chloé Beaujeu, soutient que la présence d’un musée national en sol outaouais est nécessaire.

« L’Outaouais est la seule région au Québec à ne pas avoir de musée national. Gatineau est une grande ville dynamique et la population peut en être fière. Il est important de mobiliser la communauté gatinoise à reconnaître son histoire régionale ».

Pour le président d’A.B.C. Stratégies, Alexandre Pampalon, l’histoire des draveurs et des cageux est « oubliée dans la région ».

« On en parle ailleurs, mais pas assez en Outaouais. Pourtant, l’histoire des draveurs part de Gatineau. Ça fait partie de l’ADN de la région. »

« On veut que les gens de l’Outaouais soient fiers de leur patrimoine historique. On veut qu’ils retrouvent leur identité collective en comprenant l’impact significatif de la drave sur le développement de la région. Cela représente une part importante de l’histoire commerciale de la Ville », souligne Mme Beaujeu.

Selon M. Pampalon, « Gatineau était le berceau de l’industrie forestière. C’est de l’Outaouais que partaient la majorité des trains de bois en direction de Québec. C’est un symbole du changement industriel auquel a été confronté le Québec à cette époque. »

Emplacement stratégique

A.B.C. Stratégies propose le 61, rue Laurier à Gatineau comme site potentiel pouvant accueillir le Musée Columbo 1806. Cela le placerait tout près du Musée canadien de l’histoire. Un emplacement géographique stratégique selon Mme Beaujeu.

« C’est un emplacement qui se situe près de la rivière des Outaouais et des chutes de la Chaudière, là où la drave avait lieu. Il y a aussi un effet de proximité avec le Musée canadien de l’histoire, ce qui crée une dualité entre l’histoire canadienne d’un côté de la rue et l’histoire québécoise de l’autre. »

M. Pampalon renchérit sur cette idée. « Le Musée canadien de l’histoire parle davantage de l’histoire de la Confédération canadienne que de ce pan de l’histoire québécoise. C’est pourquoi il est important pour nous de trouver le moyen de faire rayonner la richesse historique de l’ère des cageux. »

A.B.C. Stratégies est en constante communication avec le ministre des Transports, André Fortin, et la ministre de la Culture et des Communications, Marie Montpetit, afin de mener le projet à bon port.

La prochaine étape du projet sera d’effectuer une étude de faisabilité, à la suite de laquelle les organisateurs pourront aller de l’avant avec la conception d’un plan d’affaires qui assurera le financement des opérations.