Les premiers passagers pourraient finalement monter à bord du train pour la première fois avant la fin du mois d’avril.

Les débordements en 2019

Ils ont fait jaser en 2018, et ce n’est pas fini. Voici une petite liste de ces dossiers qui retiendront encore notre attention en 2019.

Le train léger sur rail à Ottawa

Après deux retards en six mois, le train léger sur rail (TLR) est attendu par plusieurs Ottaviens. Le consortium Groupe de transport Rideau (RTG) a confirmé qu’il remettrait les clés du projet d’ici le 31 mars 2019. Les premiers passagers pourraient donc monter à bord du train pour la première fois avant la fin du mois d’avril. Le projet de 2,1 milliards $ comprend 12,5 km de rails, 34 véhicules et 13 stations. L’administration municipale estime que les retards ont coûté près de 25 millions $. Selon le contrat, RTG fait face à des pénalités d’au moins un million de dollars puisque l’échéancier n’a pas été respecté. Afin d’atténuer les impacts que subissent les usagers avec les retards du TLR, la Ville a annoncé qu’elle gèlera les tarifs du transport en commun dans le prochain budget. 

Sylvie Branch, Le Droit

***

Les travaux de réfection du boulevard Saint-Joseph à Gatineau ont été annoncés en octobre dernier, mais ils n'ont pas fini de faire jaser.

Le boulevard Saint-Joseph à Gatineau

La Ville de Gatineau a offert tout un cadeau aux automobilistes de la région, en octobre dernier, lorsqu’elle a annoncé le début d’importants travaux de réfection du boulevard Saint-Joseph. Identifiée comme étant l’une des pires routes de la province par le palmarès annuel du CAA, l’artère sera remise à neuf entre les boulevards Alexandre-Tâché et Saint-Raymond. Un projet qui s’étalera jusqu’en 2022, mais qui, selon le maire Maxime Pedneaud-Jobin, profitera aux commerçants à long terme. Évalué au départ à 50 millions $, ce réaménagement urbain du boulevard Saint-Joseph est dorénavant estimé à 78 millions $. 

Julien Coderre, Le Droit

***

Le réaménagement des plaines LeBreton fera certainement jaser en 2019.

Les plaines LeBreton

Le réaménagement des plaines LeBreton fera certainement jaser en 2019. Onze mois après avoir conclu une entente avec le consortium RendezVous LeBreton, composé d’un groupe dirigé par Eugene Melnyk, Trinity Development et GBA Development and Project Management, la Commission de la capitale nationale (CCN) a annoncé qu’elle cassait son partenariat. La résiliation du contrat devrait entrer en vigueur au début de l’année 2019, mais deux semaines avant cette date butoir, les partenaires ont tous accepté d’aller en médiation afin de sauver le projet. Rappelons que M. Melnyk a intenté une poursuite de 700 millions $ contre ses partenaires. John Ruddy, du groupe Trinity Development, a répliqué avec une poursuite d’un milliard de dollars. Selon les plans initiaux, les Sénateurs d’Ottawa devaient y élire domicile au terme du projet qui comprenait quelque 4400 unités d’habitation, en plus d’espaces commerciaux et de promenades piétonnes. 

Sylvie Branch, Le Droit

***

Le Rockfest de Montebello pourrait refaire surface en 2019.

Les déboires financiers du Rockfest 

Contre toute attente, moins d’une semaine après la fin de la 13e mouture du Rockfest de Montebello, les dirigeants de l’événement ont annoncé le 21 juin qu’ils allaient déposer un avis d’intention de recourir aux dispositions de la Loi sur la faillite et l’insolvabilité. Selon les informations fournies par la firme de relations publiques embauchée par le Rockfest au moment de l’annonce, c’est une dette cumulative de plus de 5 millions de dollars qui plombait l’événement au lendemain de l’édition 2018. Outaouais Rock, l’organisme propriétaire du festival, a finalement déclaré faillite le 21 décembre, en fin de journée. Le fondateur de l’événement, Alex Martel a laissé planer une lueur d’espoir d’une éventuelle relance, mentionnant sur Facebook qu’il offrirait des nouvelles aux festivaliers après la période des Fêtes. 

Benoit Sabourin, Le Droit