L'actuelle Résidence Prescott Russell.
L'actuelle Résidence Prescott Russell.

Les CUPR demandent l'aide du gouvernement pour financer la nouvelle Résidence Prescott Russell

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Les Comtés unis de Prescott et Russell ont donné leur accord mercredi pour effectuer une demande de financement, de près de 69 millions de dollars, auprès du Ministère de l’Infrastructure de l’Ontario pour la construction de l’éventuelle nouvelle Résidence Prescott Russell, à Hawkesbury. Le projet est évalué à plus de 80 millions de dollars.

«On est en très bonne situation financière», a souligné la trésorière des CUPR, Valérie Parisien. Selon ses calculs, les Comtés unis ont les moyens d’absorber la dette engendrée par la construction du projet. 

«On est en conformité avec les limites prescrites du ministère. Nous n’avons pas besoin de demander une autorisation particulière auprès de la Commission des affaires municipales de l’Ontario. [...] On a le droit à 25% de nos revenus propres [d’endettement]. En ce moment on est à 1%, mais avec l’ajout de la dette associée à la construction de la résidence, on est à 9%. On est 16 points en deçà de la limite ». Ainsi, à l’heure actuelle, les CUPR ont droit à une limite de remboursement de dette annuelle de 13 millions de dollars. En ajoutant la dette reliée au projet, soit 5,2 millions de dollars, les CUPR possèdent toujours une marge de manoeuvre de près de 8 millions de dollars en remboursement de dette disponible, ajoute-t-elle.

Pour l’instant, Mme Parisien souligne qu’il est encore trop tôt pour savoir précisément d’où proviendra l’entièreté des fonds pour rembourser le projet. Jusqu’à présent, le gouvernement s’est engagé à financer la résidence de 224 lits à la hauteur de 18,03$ par résident, par jour, pendant 25 ans, totalisant annuellement 1,4 million de dollars. «[Le gouvernement] va venir financer en partie, mais il va falloir réévaluer. On a des sommes en réserve, on prévoit les utiliser comme mise de fonds pour la construction. Présentement, la taxation va devenir une source importante pour financer le projet, peut-être le fonds de roulement aussi, mais c’est une question qu’on va devoir étudier. Ce n’est pas complètement décidé». 


« On est en très bonne situation financière »
Valérie Parisien, trésorière des CUPR

Le maire de la Cité de Clarence-Rockland, Guy Desjardins, a d’ailleurs suggéré que les CUPR demandent un financement supérieur à celui annoncé auprès du gouvernement.

Rappelons que les Forces armées canadiennes ont publié un rapport plus tôt cette semaine témoignant des conditions inhumaines et des importantes lacunes dans les soins qui se déroulent dans certaines maisons de soins de longue durée de l’Ontario.

M. Desjardins mentionne que les maisons de soins des Comtés unis de Prescott et Russell ont presque toutes été épargnées par la COVID-19, hormis la maison de soins Pinecrest de Plantagenet, et que la continuité d’une gestion efficace semblable demande un financement adéquat et une plus grande aide de la province.

Le directeur général des CUPR, Stéphane Parisien indique pour sa part être confiant que le montant octroyé par le gouvernement de l’Ontario sera bonifié, afin de s’assurer d’alléger l’impact de la dette sur les contribuables.