Gérard Fischer note que la nouvelle génération de chefs ne partage pas les intérêts de l’ancienne garde.

Les cuisiniers ont passé le relais

Faute de relève pour promouvoir la cuisine de l’Outaouais, des chefs ont sabordé, vendredi, leur regroupement qui avait donné naissance au Rendez-vous des saveurs en 1997.

« Nous avons tout essayé pour intéresser la génération qui nous a suivis, a lancé Gérard Fischer, longtemps chef-propriétaire du restaurant Le Tartuffe, dans le secteur Hull de Gatineau. Mais ils ont d’autres intérêts. »

L’Association outaouaise des professionnels des métiers de bouche (AOPMB) a donc mis fin à ses activités en distribuant les plus de 30 000 $ qui dormaient dans son compte de banque à diverses organisations caritatives. Ainsi, le Centre de pédiatrie sociale de Gatineau, la Fondation Mathieu-Froment-Savoie, la Fondation des maladies du rein – section Outaouais et la boutique Les 121 trésors, dans le secteur Buckingham, ont tous reçu un chèque de 5000 $, hier. L’École hôtelière de l’Outaouais distribuera 5000 $ en bourses à ses meilleurs finissants et l’un de ses fleurons, Jean-Philippe Cloutier, a aussi reçu 1000 $ pour aider à payer le stage qu’il vient d’entreprendre au restaurant Noma, à Copenhague, cette semaine. Il y passera trois mois.

Enfin, le chapitre Outaouais de la Société des chefs et pâtissiers du Québec aura le dernier 5000 $ pour poursuivre le travail de l’AOPMB.

Cette association avait réuni une poignée de restaurateurs au milieu des années 1990. Ils voulaient faire connaître leur travail, soutenir les producteurs alimentaires locaux, travailler à la fierté de l’Outaouais gourmand. Outre Fischer, la liste comprenait Luc Gielen, chef-propriétaire du restaurant Le Sans-Pareil, Guy Blain, de l’Orée du bois, Stéphane Paquet, du Saint-Estèphe, Gaétan Tessier, chef-formateur à l’École hôtelière de l’Outaouais, Klaus Odermatt, chef-formateur au collège La Cité, etc. Sans oublier le chef Bernard LeCoin, un vétéran qui agissait comme préfet de discipline. 

D’autres les ont appuyés ou rejoints comme Rasmey You, de la pâtisserie Fidélice, Robert C. Bourassa, du Café Henry-Burger, la chef Andrée Dompierre, en Haute-Gatineau, et Denis Girard, chef exécutif au Casino du Lac-Leamy.

Pendant plus de 10 ans, ils ont travaillé sans relâche pour faire fonctionner ce salon culinaire qu’était le Rendez-vous des saveurs, à la Maison du citoyen. À bout de souffle, ils ont passé le bâton à Claude Hamelin, qui a amené l’événement au Casino. En 2017, le Rendez-vous des saveurs a fait relâche et devrait redémarrer ce printemps en marge du Festival des tulipes. Et revenir à la Maison du citoyen. « Les jeunes cuisiniers ont d’autres intérêts, ont-ils observé en chœur. Ils sont sur leurs téléphones, ils travaillent fort, mais ne veulent pas sacrifier leur vie sociale pour une cause comme la gastronomie de l’Outaouais. C’est une autre génération. »