Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le gouvernement fédéral n’a toutefois pas encore déterminé quand ni par quoi le pont centenaire allait être remplacé.
Le gouvernement fédéral n’a toutefois pas encore déterminé quand ni par quoi le pont centenaire allait être remplacé.

Les coûts estimés du nouveau pont Alexandra dévoilés [EXCLUSIF]

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les coûts de construction du nouveau pont Alexandra qui doit être remplacé d’ici 10 ans pourraient varier entre 194 et 408 millions $ selon le type de structure qui sera choisi, a appris Le Droit. La facture pourraient même grimper jusqu’à 800 M$ si le gouvernement fédéral fait le choix d’un pont emblématique très élaboré et assujetti à un concours d’architecture.

Ces données proviennent du document Analyse des coûts du cycle de vie et étude de remplacement du pont Alexandra réalisé par Services publics et Approvisionnement Canada (SPAC) dont nous avons obtenu copie. Le gouvernement fédéral n’a pas encore déterminé quand ni par quoi le pont centenaire allait être remplacé, mais une conclusion s’avère particulièrement limpide à la lecture du rapport. Le maintien de la structure actuelle pour une période supplémentaire de 25 ans est de loin l’option la plus onéreuse dans le temps. 

«L’actuelle superstructure en acier du pont Alexandra montre les signes d’une détérioration qui ne cesse de s’accélérer depuis les derniers travaux de réhabilitation effectués de 2009 à 2010, précise le rapport. La détérioration de l’acier, la nécessité de remplacer les tabliers en porte-à-faux des côtés est et ouest et les dépenses additionnelles et onéreuses en capital requises pour maintenir la structure dans un état de fonctionnement sécuritaire ont amené SPAC à se pencher sur des options de remplacement.»

Quatre options

Quatre options ont été analysées par le gouvernement. Le simple maintien de la structure actuelle pour une période de 25 ans coûterait 342 millions $. Toutefois, le rapport révèle que sur un cycle de vie de 75 ans, cette option finirait par coûter 650 millions $ aux contribuables canadiens en raison des nombreux travaux d’entretien à planifier. 

L’option d’une structure dite contemporaine, très commune, qui prévoit un pont à dalles sur poutres d’acier, coûterait 194 millions $ à construire. Sur une période de 75 ans, la facture liée à l’entretien grimperait à 301 millions $. 

Reconstruire un pont similaire au pont Alexandra avec des poutres triangulées en acier nécessiterait un investissement initial de 287 millions $ et coûterait à terme 415 millions $ en y ajoutant les sommes nécessaires à son entretien jusqu’en 2095. 

Quant à l’option de doter le coeur de la capitale fédérale d’un nouveau pont emblématique, les coûts sont estimés à 408 millions $ et seraient plus onéreux au départ. Une telle infrastructure de qualité supérieure coûterait toutefois moins cher en entretien dans le temps. SPAC estime que la facture se chiffrerait à 450 millions $ au bout de 75 ans, soit un peu moins de 50 millions $ en entretien d’ici la fin du siècle. Il s’agirait alors d’un pont à structure d’acier et tablier suspendu.

SPAC propose aussi une dernière option pour la construction d’un pont emblématique beaucoup plus élaborée. Les estimations produites sont toutefois moins détaillées. Les coûts d’un tel projet pourraient friser les 800 millions $. Cette option ferait l’objet d’un concours architectural. 

Le temps presse

«Les options retenues n’ont pas encore fait l’objet d’un examen approfondi en vue d’une éventuelle mise en œuvre, précise le rapport de SPAC. À ce stade, elles servent uniquement à déterminer l’importance que revêt le pont Alexandra pour la capitale nationale et le tissu urbain environnant, à évaluer les avantages de procéder au remplacement de la structure actuelle et à inscrire les futures décisions d’investissement dans le contexte où différents scénarios de coûts peuvent être envisagés par l’État. Les estimations tiennent également compte des imprévus liés aux coûts, à la gestion de projet, à la conception technique et aux risques.»

SPAC précise que dans le cas d’un remplacement complet du pont Alexandra, «il serait opportun de procéder dans les 10 prochaines années en raison des coûts en capital importants qui devront être engagés pour entretenir la structure existante, surtout après 10 ans». 

Les prochaines étapes mettront de l’avant des analyses socio-économiques, la planification des transports dans le cœur de la région de la capitale fédérale, l’importance culturelle et patrimoniale des lieux, l’évaluation du cycle de vie et des impacts environnementaux.