Les moyens de visibilité des constables spéciaux seront accrus à compter de mardi matin. Si depuis quelques jours, on pouvait voir dans leur dos un collant rouge montrant des menottes et l'inscription «Menottés par l'austérité», ils vont désormais arborer une manche noire sur laquelle il est écrit: «Négociez notre vrai rangement.»

Les constables spéciaux portent le jean et le brassard

Les constables spéciaux du Québec accroissent leurs moyens de visibilité.L'ensemble des constables des palais de justice de l'Outaouais et du reste de la province portent un des pantalons non conformes et arborent une manche noire sur laquelle il est écrit: «Négociez notre vrai rangement.»
Leur habillement semble irriter quelques juges, bien que ceux de l'Outaouais semblent résignés à les laisser entrer dans les salles de cour.
Depuis quelques jours, on peut voir un collant rouge derrière leurs gilets pare-balle, montrant des menottes et l'inscription «Menottés par l'austérité».
La convention collective des constables spéciaux est échue depuis le 31 mars. Les syndiqués veulent dénoncer la lenteur des négociations avec l'employeur.
Ils s'en prennent aussi à l'évaluation de leur rang salarial qu'ils jugent discriminatoire comparativement aux autres agents de la paix du Québec. «Nous voulons être évalués à notre juste valeur. Ce n'est pas compliqué pourtant. Nous ne demandons pas d'être envoyés dans l'espace mais plutôt que le Conseil du trésor s'asseoit avec nous en toute bonne foi et fasse l'exercice d'évaluer notre emploi afin d'en arriver à un résultat permettant une rémunération juste et équitable», a précisé le sergent Éric Bourdages, vice-président, secrétaire-trésorier du Syndicat des constables spéciaux du gouvernement du Québec, qui compte 350 membres.
Avec Le Nouvelliste