L'espèce la plus touchée par le champignon est la petite chauve-souris brune, la plus abondante au Québec.

Les chauves-souris survivent à la caverne Laflèche

Une mystérieuse infection qui a exterminé des populations entières de chauves-souris au Canada et aux États-Unis montre des signes d'essoufflement en Outaouais.
Après avoir éradiqué 80% des chauves-souris présentes à la caverne Laflèche de Val-des-Monts, le syndrome du museau blanc semble avoir cessé de faire des victimes.
Signe encourageant, la colonie de la célèbre caverne touristique est stable depuis 2 ans. Mais les biologistes refusent de crier victoire trop vite.
«On n'est pas rendu à dire qu'elles sont hors de danger», dit Anouk Simard, biologiste au ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP).
C'est que les experts ignorent si les chauves-souris présentes à la caverne Laflèche sont les mêmes qu'il y a deux ans, ou bien si d'autres ont remplacé leurs congénères à mesure qu'elles succombaient à la maladie.
«La question se pose à la caverne Laflèche qui est un endroit très prisé des chauves-souris pour hiverner», poursuit Mme Simard.
Millions de décès
Le syndrome du museau blanc a causé la mort d'environ 5,7 millions à 6,7 millions de chauves-souris dans l'Est du continent, soit dans 22 états américains et 5 provinces canadiennes. L'Outaouais a été la première région du Québec où cette infection fongique, vraisemblablement d'origine européenne, a fait son apparition en 2010.
Le champignon responsable de l'infection fait apparaître des tâches blanches sur le museau et les ailes des chauves-souris. Comme elle se développe lors de l'hibernation, elle provoque des réveils plus fréquents. Les chauves-souris doivent alors puiser dans leurs réserves d'énergie, jusqu'à ce qu'elles s'épuisent au cours de l'hiver.
En moins de trois ans, plusieurs espèces de chauves-souris, comme la petite chauve-souris brune, qui étaient jusqu'à tout récemment les plus communes, ont connu un déclin supérieur à 90%.
L'Outaouais à l'oeil
Le MDDEFP suit de près l'évolution du déclin de certaines espèces au Québec. L'Outaouais est une région particulièrement intéressante de ce point de vue.
«On en a déjà identifié une dizaine de cavités naturelles dans votre région qui ont le potentiel d'abriter une colonie de chauves-souris», dit Anouk Simard. Pour l'instant, aucun remède ou traitement ne permet de contrer le syndrome du museau blanc.
Le MDDEFP sollicite l'aide de la population pour trouver des colonies. Les citoyens sont invités à signaler les endroits fréquentés par un groupe de chauves-souris durant l'été, que ce soit un chalet, une maison ou une remise. Un formulaire de signalement est disponible sur le site Web du ministère.
Pduquette@ledroit.com