Les candidats à la mairie de Ripon : Daniel Rochon, Luc Desjardins et Luc Bordeleau.

Les candidats débattent à Ripon

Les trois candidats au poste de maire ainsi que des aspirants conseillers à la municipalité de Ripon ont croisé le fer lors d’un débat tenu dimanche après-midi entre les murs du Marché public de la Petite-Nation où plusieurs dizaines de résidents s’étaient rassemblés pour l’occasion.

À la mairie, le maire sortant Luc Desjardins, qui sollicite un troisième mandat à Ripon, affronte Daniel Rochon et Luc Bordeleau. Ce dernier est à la tête de l’Équipe respect du citoyen. 

Si les candidats ont pu présenter devant public leur vision de l’environnement, du développement économique et de la gouvernance municipale, le débat s’est transformé à certaines occasions en une lutte ouverte entre les représentants de l’Équipe respect du citoyen et l’administration sortante de Luc Desjardins.

Sur la question du développement économique, Luc Bordeleau a décoché une flèche au maire sortant en évoquant le fait que ce dernier ne pouvait pas simplement baser son plan économique sur le fait de vouloir attirer de nouvelles familles à Ripon dans le but d’augmenter les revenus de taxation. « La seule chose qu’un maire peut faire, c’est de jouer un rôle de chef d’orchestre pour mobiliser les forces vives du milieu municipal », a affirmé M. Bordeleau, ajoutant par ailleurs que Ripon n’avait pas la capacité de piloter le dossier du parc régional des Montagnes noires.

Luc Desjardins a aussitôt défendu le bilan de son administration. « On a fait des choses concrètes. On a fait un plan, on suit notre plan. On veut augmenter la population, on veut attirer des nouvelles familles. Dans les années 90, l’école était à environ 93 élèves. Notre école était en danger. Aujourd’hui, nous sommes rendus à près de 130 élèves. On a attiré des nouvelles familles. On a travaillé dans ce sens-là », a-t-il déclaré.

De son côté Daniel Rochon n’a lancé que quelques mots à peine durant les quelque 120 minutes d’échanges. C’est sur le thème de l’économie que ce dernier a été le plus loquace et son intervention s’est limitée à quelques secondes à peine. « Le développement économique, c’est pas compliqué. [...] Faire le marché public, investir pour un remonte-pente sur la montagne noire, la faire développer et la vendre », a lancé le candidat.

Environnement et gestion municipale

Sur la question de l’environnement, M. Desjardins a notamment vanté le côté avant-gardiste de Ripon en matière de sensibilisation et de conservation des bandes riveraines.

Il a aussi tenté de rassurer la population sur la question des carrières et sablières. Le controversé projet d’exploitation de sablière en vue de développer la culture de l’ail sur le terrain de la ferme Les Fruits de la Terre, sans être nommé directement, s’est visiblement invité dans la campagne électorale.

« Ça va aller avec les lois sur les mines. Évidemment, on a de la qualité en sable et en gravier et ça fait des mécontents, mais il y a quelque chose qui s’en vient sur les lois des mines et on va pouvoir voir à réduire et à limiter ça », a dit M. Desjardins, à ce sujet.

« Dans des dossiers comme l’exploitation de sablière et aussi dans les projets de sentiers de quatre-roues et motoneiges, il est impératif de consulter la population », a souligné M. Bordeleau.

Au sujet de la gouvernance municipale, les candidats de l’Équipe respect du citoyen ont d’ailleurs fait valoir leur volonté de mettre sur pied des mécanismes de consultation et de participation citoyenne lorsque des « grands projets » se manifesteront à Ripon. Des forums de discussions seront mis sur pied, à titre d’exemple, a évoqué Luc Bordeleau.

« Si on ne fait que consulter, on n’avancera pas. Oui, il y a des dissidents. On ne plaira jamais à tout le monde. On se n’attend pas à ça et je ne pense pas que vous nous mettiez en place pour qu’on soit à l’écoute d’une, deux, trois personnes ou d’un petit groupe qui va faire boule de neige. Nous sommes là pour prendre des décisions qui ne sont pas toujours plaisantes à prendre », a rétorqué Luc Desjardins.