Les bénévoles du Bal de neige ont les enfants à l'oeil

Le Bal de neige est une bonne façon de profiter des joies de l'hiver avec ses enfants. Des enfants excités d'essayer les glissades et autres activités peuvent toutefois s'emporter. Mais quelques secondes d'inattention suffisent pour les perdre de vue. Une équipe de bénévoles s'assure toutefois que la séparation ne dure pas trop longtemps.
Une armée de bénévoles circule sur les sites officiels de l'événement. Attentifs, ils cherchent les enfants qui semblent seuls et déboussolés. Vêtus d'un dossard jaune fluo, ils sont également facilement identifiables pour les parents ou les enfants en panique.
«Quand on voit des enfants seuls qui semblent déboussolés, on va les voir pour leur demander s'ils ont besoin d'aide», explique la coordonnatrice des bénévoles, Evelyne Valade.
«On fait le tour de la glissade où ils sont au cas où on verrait papa et maman. On ne veut pas alarmer tout le monde. Souvent, ils sont tout près, mais ils ne se voient pas parce qu'il y a beaucoup de monde.»
Généralement, les enfants sont plutôt calmes lorsqu'ils cherchent leurs parents, raconte Mme Valade. Ils sont plutôt figés. Les parents, eux, vivent une période de stress un peu plus marquée, souligne la coordonnatrice des bénévoles. «Quand c'est les parents qui cherchent [...], il faut marcher plus vite, parce que pour eux, ce n'est jamais assez vite! On les comprend.»
Selon la gestionnaire du centre des bénévoles, Chantal Tremblay, au Domaine des flocons, où les activités sont concentrées dans un même lieu, ce n'est qu'une question de minutes avant qu'on rassemble les parents et les enfants séparés. Ça peut toutefois être plus problématique sur la rive ontarienne alors que les activités sont un peu plus éparpillées. Par exemple, il peut être difficile de trouver un enfant perdu sur les 7,8 kilomètres de la patinoire du canal Rideau.
Mme Tremblay soutient que davantage de ressources sont déployées afin de retrouver un enfant. La description d'un enfant peut rapidement être envoyée aux bénévoles et aux partenaires du Bal de neige, les chauffeurs d'OC Transpo et de la Société de transport de l'Outaouais, par exemple.
«On planifie l'événement six mois à l'avance avec les services de police et les autres partenaires», explique le porte-parole de Patrimoine canadien, Charles Cardinal. «On offre aussi des formations à nos bénévoles quand le Bal de neige approche.»
Les gens au rendez-vous
Par ailleurs, les organisateurs du Bal de neige se sont dits heureux de la participation lors du premier week-end de l'événement. Ils estiment que la foule au Domaine des flocons et sur la patinoire du canal Rideau était plus imposante qu'à l'habitude.
Patrimoine canadien attribue l'achalandage à la programmation et à la température propice aux activités hivernales.