Les actualités express

Hôpital de La Malbaie: les cas urgents en obstétrique transportés par ambulance

Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de la Capitale-Nationale a annoncé par voie de communiqué, dimanche, que «lors de situations d’urgence, ou de situations pouvant comporter un risque pour la patiente, les services ambulanciers sont alors mobilisés afin d’assurer une prise en charge sécuritaire de l’usagère». Le même document spécifie que les transferts en ambulance seront «organisés conjointement par le personnel infirmier de l’unité des naissances et le médecin de garde en obstétrique vers un des blocs obstétricaux du CHU de Québec-Université Laval». Cette décision fait suite à un accouchement dans une voiture, survenu à la hauteur du parc de la Chute-Montmorency dans la nuit de jeudi à vendredi. Un couple de La Malbaie a dû prendre la route en pleine nuit pour se rendre à l’hôpital Saint-François d’Assise, à Québec, en raison d’une découverture au département d’obstétrique à l’hôpital de La Malbaie, selon ce qu’avait rapporté Radio-Canada samedi.  Le Soleil 

***

Migrants: Ottawa indemnisera les résidants du chemin Roxham

Les résidants du chemin Roxham, où des milliers de migrants ont franchi la frontière canado-américaine de manière irrégulière depuis 2017, se partageront 405 000 $ en compensation financière. Un document déposé le mois dernier par le gouvernement fédéral confirme que 45 ménages se diviseront cette somme en fonction de leur proximité avec la frontière. Le document précise que huit ménages recevront la compensation maximale de 25 000 $, 15 autres toucheront à 10 000 $, et les 22 restants obtiendront 2500 $. Ottawa avait prévu jusqu’à 485 000 $ à cet effet, mais un fonds de prévoyance a été réservé dans l’éventualité où d’autres ménages seraient admissibles. Les résidants du chemin Roxham ont vu passer près de 96 % de l’ensemble des demandeurs d’asile irréguliers en provenance des États-Unis depuis 2017. Un porte-parole du ministère de la Sécurité frontalière, Bill Blair, explique que ce secteur auparavant paisible a dû composer avec une augmentation de la circulation et du bruit, en plus de la construction d’infrastructures temporaires.  La Presse canadienne