Le directeur général de la Ville d’Ottawa, Steve Kanellakos, (notre photo) a annoncé que l’enquête indépendante sur les centres de soins de longue durée a été confiée à Greg Fougère.
Le directeur général de la Ville d’Ottawa, Steve Kanellakos, (notre photo) a annoncé que l’enquête indépendante sur les centres de soins de longue durée a été confiée à Greg Fougère.

L’enquête indépendante s’amorce

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Un mois après le congédiement de trois préposés aux bénéficiaires à la suite d’incidents de violence verbale envers une dame âgée dans un centre de soins de longue durée, c’est mercredi que s’entame l’enquête indépendante commandée par la Ville d’Ottawa.

Dans une note de service envoyée mardi, le directeur général Steve Kanellakos annonce que Greg Fougère est le tiers indépendant embauché par la Ville pour effectuer cet examen exhaustif des quatre établissements gérés par la municipalité. Son mandat s’échelonnera sur quelques mois. Le rapport final doit être terminé au plus tard à la fin mars 2018, prévient la municipalité. 

Ex-président-directeur général du Centre de santé des anciens combattants Perley Rideau, M. Fougère a une longue feuille de route en matière de projets relatifs aux aînés sur la scène locale et provinciale. Selon la Ville, celui qui est détenteur d’une maîtrise en gestion des services de santé et d’un titre Certified Health Executive du Collège canadien des leaders en santé a toutes les compétences pour mener à bien sa tâche.

Le processus d’enquête comprendra entre autres un examen complet des données, des documents et des dossiers associés à l’exploitation des foyers, ainsi que des incidents qui s’y sont produits. Une entrevue avec les intervenants-clés est aussi prévue, en plus de la présentation de recommandations visant à prévenir les mauvais traitements de toutes formes. 

Entre temps, des plans de conformité ont été soumis au ministère de la Santé et des Soins de longue durée, qui les a récemment approuvés tels quels. Ceux-ci seront affichés dans les résidences. 

La Ville a aussi mis en place des stratégies pour tâter le pouls du personnel ainsi que des résidents et de leurs proches. Par exemple, 220 personnes ont pris part à 13 rencontres d’information dont le taux de satisfaction atteignait 90 %. Un peu plus de 400 personnes ont aussi répondu à un questionnaire en ligne et sur papier.

Le 26 septembre dernier, la famille d’une résidente du Foyer Peter D. Clark a porté plainte au ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l’Ontario pour signaler quatre incidents de violence verbale. La nature des propos des employés, qui ont été enregistrés à l’aide d’une caméra dissimulée dans la chambre, n’ont pas été précisés, mais ont été qualifiés de troublants et offensants. Les événements se sont déroulés à la fin août et au début septembre.

Devant cet élément de preuve, les employés visés, soit trois femmes, ont été rencontrés puis licenciés sur-le-champ.