L’immeuble ecclésiastique du « Vieux-Masson » avait été mis à vendre au coût de 529 000 $ au début 2017, par le groupe immobilier CCI.

L’église Notre-Dame-des-Neiges est vendue

Un peu moins d’un an après sa mise en marché, l’église Notre-Dame-des-Neiges, dans le secteur de Masson-Angers, vient de trouver preneur.

Le lieu de culte de même que l’ancien presbytère affilié à l’église de la rue Donat-Saint-Amour, lequel abritait la maison Béthel, ont été vendus, confirme le père Albert Gosselin, président par intérim du conseil de fabrique de la Paroisse Notre-Dame-des-Neiges. Au moment d’écrire ces lignes, le transfert de propriété n’était cependant toujours pas inscrit au Registre foncier du Québec.

L’immeuble ecclésiastique du « Vieux-Masson » avait été mis à vendre au coût de 529 000 $ au début 2017, par le groupe immobilier CCI. 

Le père Gosselin n’a pas voulu préciser le coût de la transaction, mais soutient que les sommes engrangées grâce à la vente des édifices permettront de rembourser la dette d’environ 80 000 $ que la paroisse a contractée auprès de l’Archidiocèse de Gatineau. 

Depuis environ un an, ce dernier soutenait financièrement la Paroisse Notre-Dame-des-Neiges afin d’éponger les frais d’électricité et d’entretien des lieux dont l’avenir était en suspens. La volonté de mettre à vendre l’endroit avait été évoquée pour une première fois au printemps 2015. 

À peine une vingtaine de fidèles assistaient ces dernières années aux messes du week-end. Plusieurs travaux de rénovation étaient également devenus nécessaires.

« On a traîné ça pendant longtemps. C’est un soulagement pour nous de vendre. Ça devenait pénible et inquiétant. Le toit devait être refait et on ne voulait pas investir là-dedans. En plus, le Diocèse ne pouvait pas nous supporter pour toujours », affirme le père Gosselin.

L’organisation de la Paroisse Notre-Dame-des-Neiges doit maintenant quitter le bâtiment pour le 1er décembre. 

Afin de liquider les biens de l’édifice, le conseil de fabrique tiendra d’ailleurs une vente à l’encan ce jeudi matin, de 9 h à 12 h, à l’intérieur de l’édifice.  

Quant à la paroisse même, son avenir sera connu prochainement, lorsque l’archevêque de Gatineau, Monseigneur Paul-André Durocher, sera de retour de voyage, lui qui se trouve en Italie actuellement. 

« Il est très possible que l’évêque nous annexe avec la Paroisse L’Ange-Gardien à Masson-Angers et que Notre-Dame-des-Neige sera éventuellement dissoute. Chaque paroissien est libre d’aller pratiquer là où il veut, mais les registres seront transférés », explique le père Gosselin.