Le chef de la CAQ, François Legault, en compagnie de son candidat dans Papineau, Mathieu Lacombe

Legault veut élargir la 50 rapidement

Le chef de la Coalition avenir Québec (CAQ), François Legault, s’engage à réaliser l’élargissement de l’autoroute 50 à quatre voies sur toute sa longueur selon « l’échéancier le plus rapide » que peut élaborer le ministère des Transports, une promesse dont la réalisation serait précédée par diverses mesures visant à « sécuriser » la voie rapide là où ce sera jugé nécessaire.

De passage dans la région dimanche, M. Legault a fait valoir, en entrevue avec Le Droit, que le dossier de la 50 « n’a pas avancé assez rapidement dans les dix dernières années », d’où son engagement à ce qu’un éventuel gouvernement de la CAQ réalise l’élargissement à quatre voies de cette autoroute reliant l’Outaouais aux Laurentides.

En attendant la concrétisation d’un tel engagement, François Legault souhaite que des mesures soient mises en place « à court terme » pour accroître la sécurité, qu’il s’agisse d’éclairage, d’élargissement dans les courbes ou de « distinctions entre les deux voies », a-t-il indiqué en mêlée de presse en après-midi.

Pour l’élargissement sur toute la longueur de l’autoroute, le chef caquiste n’est toutefois pas encore en mesure de proposer ni un calendrier de réalisation ni un budget.

« On va demander au ministère des Transports : “dites-nous c’est quoi l’échéancier le plus rapide” », a-t-il dit, avant d’ajouter que « l’argent va suivre » en conséquence.

Alors que l’actuel projet d’élargissement sur un premier tronçon de près de huit kilomètres à l’est de Gatineau nécessite environ deux ans de planification, M. Legault affirme qu’un gouvernement de la CAQ accélèrerait le tempo. « On va réduire les délais nous autres, a-t-il lancé. C’est une priorité, il faut que l’Outaouais se rebranche sur le Québec jusqu’à Mirabel. »

Au Parti québécois, le chef Jean-François Lisée a lui aussi évoqué, plus tôt dans la campagne, qu’il souhaite que l’élargissement sur toute la longueur de l’autoroute 50 se fasse « le plus tôt possible, dans le [premier] mandat si possible. »

Le député sortant et candidat libéral dans Papineau, Alexandra Iracà, a pour sa part promis de lancer une nouvelle phase d’élargissement sur 23 kilomètres (entre le chemin Doherty et Plaisance) si sa formation garde le pouvoir, un engagement qui coûterait environ 170 millions $. Les libéraux avaient déjà annoncé, en juin, le lancement d’appels d’offres pour l’élargissement d’un autre tronçon, entre Lachute et Mirabel.

François Legault, qui s’était déjà dit « ouvert » au projet de train léger dans l’ouest de Gatineau, a fait un pas de plus, dimanche, vers d’éventuels investissements pour ce dossier si la CAQ prend le pouvoir.

« On est prêt à financer notre part, a-t-il dit en entrevue avec Le Droit. On va regarder le projet, moi je le trouve très intéressant, en plus c’est branché sur Ottawa et il semble y avoir une ouverture du gouvernement fédéral pour en financer une partie. On a déjà pris des engagements à Québec et Montréal, et Gatineau, c’est une grosse ville qui a besoin du transport en commun. »

Le chef de la CAQ a cependant réitéré qu’il attendra d’avoir « plus d’informations » sur le projet « avant de s’engager sur des montants ».