Le bilan de l’hécatombe animalier pourra être réalisé lorsque les derniers feux seront éteints. Pour le moment, le chiffre d’un demi-milliard d’animaux décédés dans les flammes circule, selon Julie Hébert, directrice en éducation et en développement durable au Zoo de Granby.
Le bilan de l’hécatombe animalier pourra être réalisé lorsque les derniers feux seront éteints. Pour le moment, le chiffre d’un demi-milliard d’animaux décédés dans les flammes circule, selon Julie Hébert, directrice en éducation et en développement durable au Zoo de Granby.

Le Zoo de Granby se mobilise pour l’Australie

Mickael Lambert
Mickael Lambert
La Voix de l'Est
Le Zoo de Granby a lancé mercredi une collecte de fonds sur les réseaux sociaux pour venir en aide aux espèces animales présentement menacées par les nombreux incendies qui ravagent l’Australie.

Le jardin zoologique a invité la population à contribuer au Bushfire Emergency Wildlife Fund, des dons qui permettront de donner des soins d’urgence aux animaux touchés par les feux et contribuer au rétablissement à long terme de la faune. La Fondation du Jardin zoologique de Granby, de son côté, s’est engagée à doubler les dons du public jusqu’à hauteur de 10 000 $.

Devant l’ampleur « jamais vue » du drame environnemental qui se joue actuellement à l’autre bout de la planète, le conseil d’administration du Zoo de Granby a pris la décision de lancer cette campagne.

Le Zoo de Granby n’a pas de projets de conservation en Australie, mais a décidé de suivre les indications de l’Association mondiale des zoos et aquariums (AZA) dont il est membre afin de donner à un organisme désigné par l’association. 

Le Bushfire Emergency Wildlife Fund a été mis en place par les Zoos Victoria qui regroupe trois jardins zoologiques australiens : le Healesville Sanctuary, le Melbourne Zoo et le Werribee Open Range Zoo. Ce fonds vise notamment à financer les premiers soins prodigués par des vétérinaires locaux aux animaux qui ont subi des brûlures.

« Nous allons utiliser nos moyens de communication habituels, dont les 70 000 abonnés à notre infolettre. On espère toucher les gens au niveau national et remettre au moins 20 000 $ », a assuré Benoit Chabot, directeur de la Fondation du Zoo de Granby, lors d’une entrevue en fin d’après-midi mercredi.

Son souhait a été exaucé puisque l’objectif de 20 000 $ avait déjà été atteint en fin de soirée mercredi, si bien qu’il a été haussé à 30 000 $ en incluant le montant de 10 000 $ qui sera remis par la Fondation du Zoo.

Il est possible de donner à la campagne de sociofinancement Élan de solidarité avec la faune australienne via Facebook ou en suivant les indications sur le site web du Zoo de Granby. 


La situation est particulièrement critique pour les koalas, une espèce vulnérable en Australie.

Drame

Les feux qui embrasent l’Australie depuis octobre dernier sont un drame humain, mais aussi écologique comme le souligne la directrice en éducation et en développement durable au Zoo de Granby, Julie Hébert.

« Les feux représentent 250 millions de tonnes de CO2 émis. C’est du jamais vu. Il y a 5 millions d’hectares de brûlés, dont 3,7 millions d’hectares densément peuplés par des espèces animales », s’alarme Julie Hébert. 

Le bilan de l’hécatombe animalier pourra être réalisé lorsque les derniers feux seront éteints. Pour le moment, le chiffre d’un demi-milliard d’animaux décédés dans les flammes circule, selon Julie Hébert.

La situation est particulièrement critique pour les koalas, une espèce vulnérable en Australie.

« Nous estimons qu’il y avait un million d’individus il y a cent ans et maintenant il en reste environ 80 000. Sur ce chiffre, il y en avait une majorité qui vivait dans le refuge Kangaroo Island, mais le tiers de l’île a brûlé causant la mort de 25 000 koalas », se désole Julie Hébert.

Comme sa faune, la flore de l’Australie est également unique et sera durement affectée par les gigantesques incendies.

En plus du danger que les flammes représentent, Julie Hébert rappelle que l’Australie connaissait une période de sécheresse depuis trois ans, ce qui avait déjà eu pour effet de fragiliser son écosystème. 

« Il y a de nombreuses espèces qui étaient déjà au bord du précipice et qui n’avaient besoin que d’une petite poussée. Il y a des espèces qui ne s’en remettront pas », déplore la directrice en éducation et en développement durable au Zoo de Granby.

Deux espèces uniques et menacées, le cacatoès de Latham et la souris marsupiale de Kangaroo Island ont notamment vu l’essentiel de leur habitat être détruit par les flammes.

Urgence

Pour le moment, la collecte de fonds vise à couvrir les besoins d’urgence sur le terrain, des besoins qui promettent d’être tout aussi importants au lendemain des feux.

« Pour l’instant, on se concentre sur la situation d’urgence. Notre département de conservation a déjà plusieurs projets à travers le monde, mais il se pourrait qu’on s’engage pour les étapes suivantes par la suite. Il n’y a rien de fermé encore », a assuré Benoit Chabot. 

La Fondation du jardin zoologique de Granby appelle d’ailleurs les autres zoos canadiens à faire de même et à soutenir le Bushfire Emergency Wildlife Fund.

Il est possible de donner à la campagne de sociofinancement Élan de solidarité avec la faune australienne via Facebook ou en suivant les indications sur le site web du Zoo de Granby.