Le vérificateur général pour la Ville d’Ottawa, Ken Hughes

Le VG critique la gestion du dépotoir Springhill

L’entente pour l’exploitation du dépotoir du chemin Springhill n’est pas bénéfique pour la Ville d’Ottawa, selon le vérificateur général Ken Hughes, qui ne mâche pas ses mots pour qualifier la situation de mauvaise et il recommande à la Ville de mettre un terme à sa relation avec l’entreprise Tomlinson.

« Ce partenariat n’a pas été bon pour la Ville. Tomlinson Waste Management touche la majeure partie des bénéfices d’exploitation du site, et la Ville assume la plupart des risques et des coûts à la fermeture », soutient M. Hughes.

Le Bureau du vérificateur général recommande à la Ville d’évaluer si « Tomlinson est un bon partenaire opérationnel pour ce projet et pour d’éventuelles activités » peut-on lire dans le rapport soumis aux membres du Comité de vérification jeudi.

« C’est la première fois que nous avons décidé de donner une recommandation comme ça, déclare M. Hughes. C’est vraiment une étape sévère à cause du fait que Tomlinson n’était pas le meilleur fournisseur d’Ottawa. C’est nécessaire que la Ville évalue sa relation avec Tomlinson. »

Le vérificateur général soutient que la municipalité doit agir rapidement pour régler la problématique.

La direction de la Ville a accepté les 16 recommandations qui émanent du rapport.

Le contrat entre Ottawa et la compagnie Tomlinson a été négocié par l’ancien canton d’Osgoode avant la fusion en 2001. Le site doit atteindre son plein potentiel en 2019 selon les estimations et c’est à ce moment que le contrat prendra fin.

La décharge située près d’Osgoode n’a rapporté à la municipalité que 6,3 millions $ de redevance au cours des 20 dernières années, confie le vérificateur général dans son rapport. Les coûts initiaux d’assainissement du site contaminé pourraient s’élever à 8 M$, selon les experts indépendants. De plus, la Ville devra débourser plusieurs millions de dollars au cours des 40 prochaines années afin de remettre en état le terrain. Le site de 100 acres est l’un des pires de l’est de la province selon les autorités environnementales de l’Ontario.

Plusieurs questions sont restées sans réponse au cours du processus de vérification, concède M. Hughes, dont le portrait complet des redevances auquel la Ville a droit et la couverture d’assurance de l’exploitant de la décharge.

De plus, les vérifications ont permis de démontrer que des entreprises liées à Tomlinson ont reçu des rabais entre 28 et 30 % sur les frais d’enfouissement.