Le premier ministre canadien, Justin Trudeau, en compagnie de son homologue chinois, Li Keqiang.

Le ton monte entre Chinois et Canadiens à l’arrivée de Trudeau

Le premier ministre Justin Trudeau a rencontré son homologue chinois Li Keqiang à Pékin, lundi, mais les deux hommes n’ont pas été en mesure d’annoncer le début de discussions formelles sur un éventuel accord de libre-échange.

M. Li a salué « l’âge d’or » des relations entre le Canada et la Chine, avant de préciser que son pays était disposé à poursuivre les discussions exploratoires.

Le ton a toutefois monté du côté chinois lorsque M. Trudeau a été accueilli au somptueux palais de l’Assemblée du Peuple.

Des gardes de sécurité chinois ont levé les bras et se sont placés devant les photographes de La Presse canadienne et du bureau du premier ministre au moment où M. Trudeau marchait sur le tapis rouge avec M. Li. Un membre du ministère chinois des Affaires étrangères a ensuite réprimandé un diplomate de l’ambassade canadienne pour ne pas avoir apporté les passeports des journalistes qui accompagnent M. Trudeau. Le diplomate a répliqué sur un ton tout aussi aimable, puis les Chinois ont annulé la conférence de presse prévue, selon le bureau du premier ministre.

Les deux pays participent à des discussions exploratoires depuis plusieurs mois, mais l’ouverture de la Chine est mise à rude épreuve par le Canada qui exige l’ajout de clauses concernant l’environnement, les droits de la personne, le travail et l’égalité entre hommes et femmes. Même si la prochaine étape des relations commerciales entre le Canada et la Chine ne s’est pas encore matérialisée, M. Li a eu de bons mots pour le Canada et pour M. Trudeau.

Approfondir les liens

M. Trudeau a déclaré que son homologue et lui avaient eu des échanges « francs et directs », et qu’il espérait être en mesure d’approfondir les liens économiques du Canada avec la Chine. « Nous avons eu un échange candide en profondeur concernant nos positions et nous en sommes venus à un terrain d’entente », a déclaré le premier ministre chinois, sans préciser sa pensée.

Les deux leaders ont signé trois documents portant sur les produits alimentaires, la coopération énergétique et l’éducation, mais on ne dispose pas de plus de détails.

M. Trudeau doit rencontrer mardi le président chinois Xi Jinping.

La Chine encourage la conclusion de traités de libre-échange, surtout depuis que le président Donald Trump a retiré les États-Unis du Partenariat transpacifique. Le Canada fait toujours partie de cet accord. La Chine importe déjà du Canada du bois, des produits agricoles, du minerai, des hydrocarbures et des produits de la mer. Le déficit commercial du Canada face à la Chine s’est quelque peu amoindri, mais selon le gouvernement canadien, il s’élevait tout de même à 17 milliards $ pour les six premiers mois de 2017.