Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le toit de l’ancienne gare de Masson-Angers s’est écroulé entre mercredi et jeudi.
Le toit de l’ancienne gare de Masson-Angers s’est écroulé entre mercredi et jeudi.

Le toit de l'ancienne gare de Masson-Angers s'écroule [PHOTOS]

Louis-Denis Ebacher
Louis-Denis Ebacher
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le toit de l’ancienne gare de Masson-Angers s’est écroulé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Le bâtiment construit en 1877 a été entretenu par la compagnie ferroviaire Canadien Pacifique (CP) jusqu’à sa fermeture en 1983. La gare avait pourtant été citée gare ferroviaire patrimoniale en 1993, sans que l’endroit ne soit revitalisé.

Un passant a alerté les services d’urgences après avoir aperçu la scène. Le Service des incendies de Gatineau a ouvert une enquête afin de confirmer la cause exacte du sinistre, qui pourrait être reliée au poids de la neige et la faiblesse de la vieille structure.

Un périmètre de sécurité a été érigé autour du site.

Sans protection

La Ville de Gatineau a précisé jeudi que le propriétaire du bâtiment est Revenu Québec.

Puisque le bâtiment n’est plus la propriété du CP, il ne bénéficiait pas de la Loi fédérale sur la protection des gares ferroviaires patrimoniales.

Le toit de l’ancienne gare de Masson-Angers s’est écroulé dans la nuit de mercredi à jeudi.

Selon le site de Parcs Canada, «seules les gares ferroviaires patrimoniales désignées qui sont encore propriété d’une compagnie ferroviaire de juridiction fédérale sont toujours soumises à la Loi sur la protection des gares ferroviaires patrimoniales.

Selon le Répertoire du Patrimoine culturel du Québec, le modèle architectural reprend la forme et le plan habituel utilisé par la compagnie Québec, Montréal, Ottawa et Occidental (QMO&O). Ce type de gare était construit tout au long du parcours de sa voie ferrée en bordure du fleuve Saint-Laurent et de la rivière des Outaouais.

«Son plan est de forme rectangulaire et le toit à deux versants avec lucarne-pignon. Le décor architectural se manifeste principalement par des épis au sommet du toit, par des formes décoratives au sommet des pignons et par des consoles décoratives sous les avant-toits.»

«Rendez-vous manqué».

Le conseiller municipal de Masson-Angers, Marc Carrière a qualifié le destin de la gare de «rendez-vous manqué».

Le conseiller municipal de Masson-Angers, Marc Carrière

Ces dernières années, des organismes et des citoyens ont tenté de redonner vie à la gare avec des projets de musée du chocolat, de musée ferroviaire ou de gare du train touristique. Les coûts élevés pour la réfection de la structure ont mis un frein à leurs ambitions.

«C’est triste, a commenté le conseiller municipal. C’est triste pour les pionniers qui ont connu la place lorsqu’elle était fonctionnelle. Est-ce qu’on pourrait rebâtir l’endroit comme on l’a fait pour la Ferme Dalton dans le secteur Gatineau? Je ne sais pas. Mais que ce soit avec la participation de la Ville ou d’un partenaire, je pense que le site doit revivre.»

Le maire de Gatineau n’a pas commenté, jeudi.