Le temps d'attente est de plus en plus long

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Depuis l'année où les libéraux de Jean Charest ont été portés au pouvoir pour la première fois, la durée moyenne de séjour dans les urgences de l'Outaouais est passée de 14,8 heures à 20,7 heures en 2007-08, une hausse de 40 %.
Et la situation ne s'améliore guère, selon des données du Comité de coordination national des urgences (CCNU) obtenus par La Presse grâce à une demande d'accès à l'information.
Pour les six premiers mois de 2008-09, les patients de l'Outaouais séjournent en moyenne une demi-heure de plus dans les salles d'urgence que pour l'ensemble de l'année précédente. Ces longues heures s'ajoutent au temps qu'un patient passe dans la salle d'attente avant d'être vu par un médecin.
Selon l'Agence de la santé de l'Outaouais, la cible régionale pour l'année en cours est de faire diminuer la durée moyenne de séjour en salle d'urgence à 14,5 heures, un objectif qui sera vraisemblablement impossible à atteindre. Depuis 2003-04, une seule des six salles d'urgence de l'Outaouais, soit celle de l'Hôpital de Wakefield, a vu sa durée moyenne de séjour diminuer.
Pendant que le bilan empire en Outaouais, le temps moyen de séjour aux urgences à l'échelle provinciale est demeuré stable depuis 2003-2004, avoisinant les 16,5 heures.
« C'est justement la raison pour laquelle on a un ministre qui est venu octroyer un statut particulier », note le président-directeur général de l'Agence, le Dr Guy Morissette.
Dix-huit mois après l'annonce de ce statut particulier, les résultats se font cependant toujours attendre. « Il a fallu un certain temps pour qu'on puisse élaborer des mesures », reconnaît le Dr Morissette, ajoutant que certaines initiatives ont déjà commencé à porter fruit. « On ne parle pas de résultats en terme d'années, on parle de résultats en terme de mois », promet-il maintenant.
Le Dr Morissette affirme que le Centre de santé et de services sociaux de Gatineau mettra en place, au début 2009, une unité de médecine de jour qui accueillera des patients n'ayant pas nécessairement besoin du plateau technique de la salle d'urgence, par exemple pour une transfusion de sang.
48 heures de plus
Les statistiques ne sont pas plus reluisantes lorsqu'il est question de la proportion de patients qui passent plus de 48 heures sur une civière de salle d'urgence en Outaouais.
En 2003-04, le taux de patients séjournant plus de 48 heures à l'urgence atteignait 6,7 %. Quatre ans plus tard, cette proportion s'élevait à 11,1 %, et on parle désormais de 12,4 % pour les six premiers mois de 2008-09. Ces patients, en attente d'un lit aux étages ou de leur congé, séjournent en moyenne 74 heures sur une civière de l'urgence, soit plus de trois jours complets.
La question des quotas de patients orphelins, dénoncée cette semaine comme une forme de discrimination par 14 urgentologues de l'Hôpital de Gatineau, est selon le Dr Morissette « le reflet de la pénurie de médecins de famille ». « Moi, à titre de pdg, j'insiste pour que les équipes médicales trouvent des solutions », assure-t-il.
 Durée moyenne de séjour
dans les urgences de l'Outaouais
2003-2004    14,8 heures
2004-2005    18,2 heures
2005-2006    20,1 heures
2006-2007    18,7 heures
2007-2008    20,7 heures
2008-2009    21,2 heures
(1er avril au 13 septembre 2008)
Taux de séjours de plus
de 48 heures dans les urgences
de l'Outaouais
2003-2004    6,7 %
2004-2005    10,1 %
2005-2006    11,9 %
2006-2007    8,6 %
2007-2008    11,1 %
2008-2009    12,4 %
(1er avril au 13 septembre 2008)
 
Durée moyenne de séjour
au CSSS de Gatineau
Hôpital de Gatineau
2003-2004    14,9 heures
2004-2005    22,8 heures
2005-2006    27 heures
2006-2007    22,7 heures
2007-2008    25,6 heures
2008-2009    27,1 heures
(1er avril au 13 septembre 2008)
Hôpital de Hull
2003-2004    14,4 heures
2004-2005    17,1 heures
2005-2006    18,1 heures
2006-2007    17,8 heures
2007-2008    20,1 heures
2008-2009    21 heures
(1er avril au 13 septembre 2008)
Source : Comité de coordination
nationale des urgences