Le Droit

Le temps consacré aux réseaux sociaux ne déprime pas les adolescents

Jean-Benoit Legault
La Presse canadienne
MONTRÉAL - Le temps consacré par les adolescents aux réseaux sociaux a beau avoir bondi de 62,5 pour cent depuis 2012, cela ne se traduit pas pour autant par une hausse de l’anxiété et de la dépression chez les jeunes, conclut une nouvelle étude américaine.