Jan Harder
Jan Harder

Le syndicat d'OC Transpo veut obtenir un mandat de grève

Dominique La Haye
Dominique La Haye
Le Droit
L'idée de geler pendant deux ans les salaires des employés de la Ville d'Ottawa a beau avoir été mise sur la glace, hier, elle a attisé la colère du syndicat d'OC Transpo qui souhaite maintenant obtenir un mandat de grève.
Le comité municipal des services organisationnels et du développement économique, présidé par le maire Larry O'Brien, a reçu hier la proposition de la conseillère Jan Harder de geler les salaires des employés pour économiser 60 millions $ sur deux ans. Le comité a reporté sa décision à la prochaine rencontre au mois de janvier.
Selon l'élue, cette mesure recevant notamment l'appui du maire, permettrait de compenser pour le manque à gagner de 35 millions $ de la Ville et lui éviterait de couper plusieurs services.
Furieux
L'idée met en furie les différents représentants des syndicats municipaux.
« C'est de l'ingérence directe dans le processus de négociation de la part du maire pour lui permettre d'avancer son programme électoral », estime Wayne Watts, le président syndical du Local 5500 représentant les chauffeurs d'autobus et les travailleurs d'OC Transpo sans contrat de travail depuis le 31 mars dernier.
Négociations
En réaction à la proposition de la conseillère, les employés d'OC Transpo — négociant actuellement avec la Ville le renouvellement de leur convention collective — se prononceront sur un vote de grève, mardi prochain.
« Cette proposition interfère avec notre droit d'aller en grève et notre droit de négocier et ça ne fait pas partie du mandat du conseil municipal », ajoute M. Watts.
Le porte-parole du Local 503 représentant 6000 employés municipaux, Clarence Dungey, qualifie la proposition de Mme Harder « d'embarrassante ».
« Le conseil essaie de dévier l'attention des vrais problèmes qui en sont de mauvaise gestion. Pendant plus d'une décennie le conseil a gelé les impôts fonciers, alors que partout au pays les budgets ont augmenté au rythme de l'inflation. »
Le président du Local 503, Brian Madden, estime que la motion de la conseillère sème un mauvais climat pour négocier les contrats de travail de trois départements venant à échéance cet automne.