Le statut du parc de la Gatineau doit être revu, selon la CCN

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Doter le parc de la Gatineau d’un statut légal, voici ce que souhaiterait la Commission de la capitale nationale (CCN) de la part d’Ottawa à la lumière de la version provisoire de son Plan directeur.

« Le cadre légal du parc de la Gatineau devra être étudié en vue de le bonifier, notamment en précisant le statut de protection du parc et ses limites, peut-on lire dans la version provisoire du Plan. En particulier, une mise à jour de la description technique des limites du parc s’impose. De plus, en modifiant le cadre légal il serait possible de préciser les outils à la disposition de ses gestionnaires. »

« Il est proposé de travailler en collaboration avec Services publics et Approvisionnement Canada et Justice du Canada pour évaluer les possibilités de renforcer la loi, en vue de mieux protéger les écosystèmes et d’accorder à la CCN des moyens plus modernes pour gérer les activités du parc », ajoute la CCN.

Le Plan directeur du parc de la Gatineau est un document d’une centaine de pages qui guide la planification, l’utilisation et la gestion du parc à long terme. Environ tous les 10 ans, il est révisé dans le but d’être adapté « aux expériences passées, aux nouveaux enjeux et aux nouvelles lois, ainsi qu’aux meilleures pratiques dans le monde en matière de gestion des environnements naturels ».

La dernière mise à jour dudit Plan directeur remonte à 2005. Depuis la première séance de consultation en 2017, la CCN consulte le public et divers représentants régionaux dans le but d’élaborer la meilleure version possible du Plan pour la prochaine décennie.

Outre l’aspect du cadre légal du parc de la Gatineau, la CCN prévoit également d’autres modifications dans cette version provisoire de son Plan directeur, notamment l’augmentation de la capacité de stationnement aux abords du parc ; l’établissement de règles pour encadrer l’utilisation des drones dans le parc ; l’ajout de 100 km de sentiers au réseau officiel et la fermeture de près de 200 km de sentiers informels, ainsi que l’établissement d’une marche à suivre pour la réconciliation avec les peuples autochtones.

La version officielle du Plan directeur du parc de la Gatineau sera soumise au conseil d’administration en janvier 2021, avant son approbation officielle. Les citoyens qui souhaiteraient formuler des commentaires ont jusqu’au 20 septembre prochain pour le faire.