Nikki et Lee, de la boutique de vêtements et accessoires Ware's & Wear Ventures, nettoyaient un costume en latex, lors du passage du Droit.
Nikki et Lee, de la boutique de vêtements et accessoires Ware's & Wear Ventures, nettoyaient un costume en latex, lors du passage du Droit.

Le sexe à l'honneur

Catherine Lamontagne
Catherine Lamontagne
Le Droit
La ville était sexe cette fin de semaine à Ottawa à l'occasion du deuxième salon érotique Sexapalooza qui se tenait au centre municipal.
Oubliez l'atmosphère de la télésérie américaine Sex and the City. Loin d'être un événement où l'amour et le romantisme sont au rendez-vous, le Sexapalooza a misé, encore cette année, sur les kiosques remplis de jouets érotiques, les costumes en latex (ou en cuir, c'est selon) et les conférences sur le point « G ».
Une formule gagnante si l'on en croit les milliers de personnes qui ont visité les lieux.
« J'étais présente à la première édition et le principe m'a beaucoup plu. Cette année, je suis là pour assister au séminaire concernant la fabrication de jouets érotiques maison. Je crois qu'il s'agit d'une belle initiative écologique et économique », a lancé Kim Paradis, accompagné de son copain, Mark Annis.
Une quarantaine de commerçants étaient sur les lieux pour faire découvrir leurs nouveaux produits aux visiteurs.
Selon Lori Nushuan, propriétaire de la boutique de vêtements et accessoires en latex Ware's & Wear Ventures en Alberta, le salon représente une occasion en or pour les propriétaires de boutiques érotiques.
« Ce salon nous donne beaucoup de visibilité. Souvent, les visiteurs n'ont jamais visité une boutique érotique, car ils étaient trop timides pour y entrer. Ici, tout le monde est à l'aise, puisque nous sommes tous dans la même situation ».