La restauration de l’édifice du Centre, qui est encore à l’étape embryonnaire, est déjà appelée le « projet du siècle ».

Le «projet du siècle»

Le projet de restauration de l’édifice du Centre en est encore à une étape embryonnaire, mais déjà, il est qualifié de « projet du siècle » en raison de l’ampleur de l’œuvre qui prendra au moins dix ans et dont la facture devrait se chiffrer dans les milliards.

L’édifice du Centre doit être complètement refait, à l’intérieur comme à l’extérieur, et en prévision de ces travaux, la Chambre des communes sera déplacée dans l’édifice de l’Ouest dès la session de l’automne 2018, alors que le Sénat sera relocalisé au Centre des conférences, aussi complètement rénové pour accueillir la Chambre haute. 

Les membres du conseil d’administration de la Commission de la Capitale nationale ont eu un aperçu de ce qui s’en vient jeudi alors qu’ils ont donné leur accord aux lignes directrices du plan d’utilisation du sol et du design pour ce méga chantier à venir. 

« Nous n’avons pas tous les détails que vous aimeriez connaître, car il s’agit de la première d’une série d’échanges que nous aurons sur ce grand projet », a expliqué Jennifer Garrett, directrice générale exécutive du Projet de réhabilitation de la Cité parlementaire, à Services publics et Approvisionnement Canada. 

Avant de parler de coûts et d’échéancier plus précis, le ministère doit procéder à une évaluation complète des travaux à réaliser, éléments qui devraient être connus d’ici à la fin 2019. Déjà, la semaine dernière, une grue était déjà à l’œuvre pour permettre à une équipe d’évaluer le travail à faire sur le toit.

Mettre à profit les clôtures et bâches

Plusieurs commissaires, de même que le maire d’Ottawa Jim Watson, ont insisté afin de mettre à profit les barricades ou clôtures entourant la zone de construction et les bâches afin qu’elles mettent en valeur le Parlement, symbole national important et le cœur de la démocratie parlementaire. 

Les assurances données à ce sujet par les responsables de SPAC les ont visiblement rassurés, incluant le premier dirigeant, Dr Mark Kristmanson. 

« Vous avez su créer un centre d’excellence avec les projets de réhabilitation de la Cité parlementaire. Je suis très impressionné par ce que j’ai vu jusqu’à maintenant. Certains pays ont eu des difficultés avec de tels projets », a fait valoir Dr Kristmanson.

Un des défis de ce grand projet sera aussi de trouver la main-d’œuvre et l’expertise dans divers corps de métier pour réaliser l’œuvre. Mais les projets déjà en cours ont permis de créer une base qui servira sans doute pour les années à venir. 

« C’est un défi majeur. Une base de cette expertise est déjà développée dans le cadre des travaux réalisés à l’édifice de l’Ouest, et dans les autres projets en cours sur la Cité parlementaire. Nous travaillons déjà avec des partenaires comme l’université Carleton pour l’étendre », a fait valoir Mme Garrett. 

Pendant les travaux, les visiteurs auront accès par la nouvelle aire d’accès souterraine déjà en construction, située entre l’édifice de l’Ouest et celui du Centre. La flamme du Centenaire continuera à brûler, et le drapeau flottera pendant la prochaine décennie de travaux, ce qui a aussi rassuré les commissaires et dirigeants de la CCN, soucieux de l’importance de cet attrait touristique majeur pour la région et le pays.