Les subventions d’Ottawa sont allouées aux provinces et aux municipalités à la réception des factures, ce qui crée des délais entre l’exécution des travaux et le versement fédéral.

Le programme fédéral d’infrastructure tarde à distribuer ses largesses

Quelque 2,14 milliards $ ont dormi l’an dernier dans les coffres du gouvernement fédéral alors qu’ils ne demandaient qu’à soutenir l’économie canadienne grâce à de grands projets d’infrastructures, comme l’espérait le gouvernement libéral.

Des documents révèlent que le ministère de l’Infrastructure et des Collectivités n’a dépensé qu’environ 60 pour cent de son budget de 5,3 milliards $ prévu par les libéraux pour tout l’exercice terminé le 31 mars.

La plus grande part de cet écart est attribuable au milliard et demi qui n’a pas été dépensé dans de vastes projets d’infrastructures, soit environ 90 pour cent de ce que le gouvernement libéral souhaitait consacrer à des projets de transport collectif ou de réseaux d’eau — deux secteurs clés de son programme. Les documents ne permettent pas de déduire à quel moment ces sommes seront finalement dépensées.

Ces chiffres permettent cependant de mesurer l’ampleur du problème qui freine l’élan des libéraux dans leur ambitieux programme d’infrastructures de plusieurs milliards de dollars destiné à soutenir l’économie canadienne. Les libéraux auraient souhaité « faire rouler l’économie » plus rapidement.

Les subventions d’Ottawa sont allouées aux provinces et aux municipalités à la réception des factures, ce qui crée des délais entre l’exécution des travaux et le versement fédéral. Dans certains cas, les factures ne sont acheminées qu’après la fin des travaux ; dans d’autres cas, les travaux sont retardés — par la météo ou un conflit de travail, par exemple.

Dans le « rapport sur les résultats ministériels », rendu public la semaine dernière, on indiquait que le gouvernement avait transféré une somme de 591,8 millions $ du programme « Projets nationaux et régionaux » vers le programme destiné plutôt aux petites collectivités, qui sera maintenant doté d’un budget de 1,5 milliard $.

Le rapport souligne qu’Ottawa a servi un ultimatum aux provinces : si elles n’annoncent pas d’ici le 31 mars 2018 leur projet pour les sommes qui restent dans le Fonds des petites collectivités, créé en 2014 par le gouvernement conservateur, ces sommes seront distribuées aux municipalités par le biais du Fonds de la taxe sur l’essence. Ce fonds avait été créé par le gouvernement libéral en 2005 afin d’assurer aux municipalités une source stable et prévisible, deux fois par année, pour leurs projets d’infrastructure.