Jean Sans-Cartier s’est éteint mardi soir à l’âge de 71 ans, des suites de la maladie de Lou Gehrig.

Le prêtre gatinois Jean Sans-Cartier s'éteint à 71 ans

Les fidèles de la paroisse Notre-Dame-de-l’Île viennent de perdre leur curé. L’abbé Jean Sans-Cartier, qui a aussi laissé sa marque pendant près de deux décennies dans la paroisse Jean XXIII de Gatineau, s’est éteint mardi soir à l’âge de 71 ans, des suites de la maladie de Lou Gehrig.

La nouvelle a été annoncée par le biais d’un message publié sur la page Facebook du père Sans-Cartier, ce qui a rapidement suscité des dizaines de commentaires de condoléances.

«Chers paroissiens et paroissiennes, nous avons le regret de vous annoncer le décès du père Jean Sans-Cartier, le 6 novembre 2018 à 22h35 à l’hôpital, indique le message. Nous souhaitons nos sympathies à la famille. Détails à venir.»

L’archevêque de Gatineau, Mgr Paul-André Durocher, a fait savoir que l’abbé Sans-Cartier avait reçu, à la fin août, un diagnostic de sclérose latérale amyotrophique, aussi connue sous le nom de maladie de Lou Gehrig.

Les symptômes étaient toutefois apparus il y a un an, précise Mgr Durocher, qui a visité le disparu dimanche après-midi. «Je suis allé jaser avec lui une demi-heure, raconte l’archevêque en entrevue. C’était évident qu’il était à la fin de sa vie terrestre, mais il était plein d’espérance et serein face à la mort qui l’attendait. Il continuait à être plein de projets, on a jasé de l’avenir de l’église.»

Ordonné prêtre en 1974, l’abbé Sans-Cartier a exercé son ministère dans trois paroisses avant de passer 18 ans auprès des fidèles de la paroisse Jean XXIII du secteur Gatineau, entre 1986 et 2004. Il a ensuite été atteint «d’une maladie très sérieuse» et est «passé proche de la mort», raconte Mgr Durocher. Après une longue convalescence, il s’est impliqué dans divers projets et a effectué des remplacements dans différentes paroisses avant de prendre la relève de Gilles Patry à titre de curé de la paroisse Notre-Dame-de-l’Île, à l’hiver 2014.

Mgr Durocher se souviendra de Jean Sans-Cartier comme d’un «prêtre qui était très proche des gens». «C’est un gars qui n’a jamais oublié d’où il venait, dit-il. C’était un gars qui avait une facilité d’accueil et de rencontre remarquable. Il avait de la capacité de rencontrer quelqu’un pour la première fois et tu sentais que c’était un ami de longue date.»

Toujours plein de projets en tête, le père Sans-Cartier «voyait toujours les possibilités» et «se laissait rarement décourager», a aussi souligné Mgr Durocher.

Né à Gatineau le 30 avril 1947, Jean Sans-Cartier était le septième d’une famille de 13 enfants. Après des études classiques chez les Pères Saints-Apôtres de Montréal à la fin des années 1960, il fait ses études théologiques à l’Université Saint-Paul d’Ottawa.

Les détails de ses funérailles devraient être connus sous peu.