Marc Bureau
Marc Bureau

Le point sur les promesses électorales du maire Bureau

Patrick Duquette
Patrick Duquette
Le Droit
1. Transparence et démocratie
1. Transparence et démocratie
Marc Bureau s'insurgeait contre les prétendues ententes secrètes et les huis clos du maire Ducharme. À son tour, il se fait reprocher la mainmise de son cabinet sur l'appareil municipal. Les huis clos n'ont pas disparu depuis son arrivée à la mairie, même s'il a rendu publics les caucus préparatoires du conseil municipal. Les dossiers chauds, comme l'environnement et la majeure partie du budget, sont toujours discutés en privé. Comme promis, il a créé un poste de Protecteur du Citoyen, mais il n'a pas respecté son engagement de réduire le nombre de commissions municipales et d'abolir le comité exécutif.
2. Saine gestion des fonds publics
En campagne électorale, Marc Bureau a dénoncé les dépassements de coûts sur les grands chantiers de l'ère Ducharme. Son administration a été incapable de mieux gérer l'explosion des coûts de construction. Le complexe sportif, la Place de la Cité, le pont Brady ont tous coûté des millions de plus que prévu. Des plans ont été refaits, des appels d'offres repris. Par contre, le maire a réalisé sa promesse de réduire la taille de son cabinet, une économie annuelle de 270 000 $. Incapable de rentabiliser le vieux palais des congrès, il l'a cédé au gouvernement du Québec. Il s'était engagé à réduire les délégations aux congrès. Pourtant, 12 des 17 conseillers ont assisté aux dernières assises de l'UMQ à Québec en avril dernier.
3. Environnement et développement durable
Marc Bureau se présentait comme un candidat vert. Il a réalisé sa promesse la plus médiatisée: planter 100 000 nouveaux arbres à Gatineau, et même plus. Il a aussi créé un fonds vert et s'est compromis en faveur de la préservation de la forêt Boucher. Le nouveau complexe sportif et les nouvelles casernes d'incendie seront des bâtiments verts. D'autres engagements se font attendre. La nouvelle politique environnementale doit être déposée cet automne. Elle devrait reprendre plusieurs de ses engagements électoraux en vue de diminuer la consommation d'eau potable, les gaz à effet de serre et la pollution. L'usine de compostage et les écocentres promis ne verront pas le jour d'ici la fin de son mandat.
4. Développement économique
Au cours de son mandat, Marc Bureau a surfé sur une prospérité sans précédent du marché immobilier. M. Bureau avait promis de miser sur le futur complexe sportif pour attirer des championnats importants. Mission réussie grâce à l'ancien maire Robert Labine, Gatineau accueillera les Jeux du Québec en 2010. Marc Bureau n'a jamais pu se départir totalement de la méfiance de la communauté d'affaires à son égard. Les entrepreneurs lui ont reproché son manque de leadership, comme dans le dossier de la relance du train à vapeur touristique ou de la fermeture de Domtar. Comme promis, des efforts de prospection ont été faits dans le corridor Windsor-Québec. Mais le manque de locaux et la proximité d'Ottawa compliquent les efforts pour attirer de nouvelles entreprises à Gatineau.
5. Services municipaux
Marc Bureau cherchait à se démarquer des «rêves de grandeur» d'Yves Ducharme en prônant un retour vers les services de base. Il a promis de déneiger un trottoir sur deux et de mieux entretenir les rues. Les nids-de-poule n'ont pas disparu et la neige continue de tomber en hiver, mais les budgets consacrés aux services de base ont été haussés de plusieurs millions de dollars. Comme d'autres politiciens (notamment le ministre libéral Benoît Pelletier), il avait promis de réaliser le complexe sportif. Après des décennies à en parler, la construction de l'édifice a débuté l'été dernier. L'administration Bureau a aussi donné un coup de barre pour mieux équiper les parcs de quartier et réduire la vitesse.
6. Logements abordables
En promettant 700 nouveaux logements abordables d'ici 2009, Marc Bureau a pris un risque puisqu'il ne pouvait tenir son pari sans l'aide de Québec. À un an de l'élection, la ville a approuvé le financement pour 656 nouveaux logements. Du nombre, 178 sont en chantiers ou ont été construits.
7. Transport
La réalisation du Rapibus, promise par Marc Bureau, devrait être complétée en 2010. Jusqu'ici, on ne parle ni de retards, ni de dépassements de coûts pour ce projet de 200 millions $. Marc Bureau s'était aussi engagé à «étudier la possibilité» de fournir le transport scolaire gratuit aux étudiants. Une carte à rabais a été créée. On attend toujours les centaines de supports à vélo qu'il était censé installer sur les artères commerciales et sur les autobus. Par contre, il a mis en place un système de covoiturage qui fait l'admiration d'autres villes canadiennes.