L'organisatrice de l'événement et enseignante en coiffure, Lynn Pitre, et la directrice de Compétences Outaouais, Françoise Cabana, en compagnie de membres de la famille Grégoire: Maxime, Marc-André, Roxanne et leur mère, Hélène.
L'organisatrice de l'événement et enseignante en coiffure, Lynn Pitre, et la directrice de Compétences Outaouais, Françoise Cabana, en compagnie de membres de la famille Grégoire: Maxime, Marc-André, Roxanne et leur mère, Hélène.

Le père Noël est déjà passé chez les Grégoire

Bryan Michaud
Le Droit
Le 31 août dernier, la résidence des Grégoire brûle, laissant une mère monoparentale et ses six enfants devant rien. Afin d'aider la famille à passer un joyeux Noël, les étudiants et la direction de Compétences Outaouais ont uni leurs forces pour offrir plusieurs présents, hier, à la famille durement touchée par cette épreuve.
Les élèves en coiffure et la direction de Compétences Outaouais, une école de Gatineau dispensant de la formation professionnelle, préparaient cette surprise depuis plus d'un mois.
 
Les trois enfants d'Hélène Grégoire présents à l'événement et le pilier de la famille affichaient de larges sourires au fur et à mesure que le père Noël procédait à la distribution des cadeaux. Des ordinateurs, des lecteurs mp3, des meubles, des systèmes de son et des montres ont tour à tour été déballés par les membres de la famille. La valeur des cadeaux est estimée à 8 000 $.
«Quand on dit que la vie peut changer en l'espace d'une seconde, dit Mme Grégoire, submergée par l'émotion. Quand j'étais avec le père Noël, j'avais le coeur qui battait ! Je lui ai dit que j'allais faire une crise de coeur ! Je suis une personne très émotive, mais je n'osais pas pleurer parce que ma fille n'aime pas ça.»
Trois des enfants de Mme Grégoire n'étaient pas présents lors de la remise des cadeaux. Deux travaillaient et l'autre, âgée de 18 ans, est handicapée et ne pouvait être là.
«On n'a jamais eu ça, s'est exclamée la mère. Nous sommes gâtés pourris ! Jamais nous n'aurions pu nous permettre ça.»
En plus de toutes les pertes matérielles, la famille a perdu ses deux chats au cours du violent incendie. Chanelle et Blanche-Neige n'ont pas survécu à la tragédie. La famille a failli perdre un de ses membres.
«Ma fille handicapée n'avait pas pu sortir de notre résidence, raconte Mme Grégoire. Une voisine, Lise Arvisais, est entrée à l'intérieur et a risqué sa vie pour sortir ma fille des flammes. Ma fille ne respirait plus, mais un voisin lui a fait le bouche-à-bouche. C'est un gros traumatisme qui nous marquera pour la vie.»
L'institution scolaire pense déjà à présenter une troisième édition de l'événement l'an prochain.