Emmett Johns a été décoré de l'Ordre national du Québec en 2003.

Le père Emmett Johns «Pops» s’éteint à l’âge de 89 ans

MONTRÉAL — Le père Pops, celui qui tendait la main aux jeunes de la rue sans les juger, s’est éteint dans la nuit de samedi à dimanche à l’âge de 89 ans.

L’organisme Dans la rue, fondé par le père Pops, a confirmé dimanche après-midi que le religieux était décédé de causes naturelles à la résidence pour personnes âgées où il vivait depuis quelques années, à Montréal.

Le père Emmett Johns, mieux connu sous son surnom de «père Pops», incarnait un peu le grand-père au grand cœur, le père des jeunes de la rue, celui qui leur tendait la main sans poser de question.

Il suffit d’avoir parlé à ces jeunes de la rue pour constater la reconnaissance qu’ils lui vouaient, voire l’admiration. Pour eux, Pops était celui qui les comprenait, celui qui les aimait d’un amour gratuit, celui qui ne les jugeait pas.

Emmett Johns naît le 3 avril 1928 et grandit sur le Plateau Mont-Royal.

Il vient d’une famille irlandaise pieuse. Dans sa jeunesse, il veut être missionnaire.

Il est titulaire d’un baccalauréat en théologie de l’Université de Montréal et d’un baccalauréat ès arts du Collège Loyola.

Durant plusieurs années, il a travaillé comme prêtre, curé et vicaire de différentes paroisses, puis comme aumônier de l’Hôpital Douglas, à Verdun, et dans deux maisons pour jeunes filles en difficulté.

Il a aussi travaillé comme animateur de pastorale, avant de lancer en 1988 sa roulotte Le Bon Dieu dans la rue, qui offre refuge et nourriture aux jeunes de la rue.

Pour mener à bien son projet, Emmett Johns avait contracté un prêt personnel de 10 000 $ d’une caisse populaire. Au volant de sa roulotte, il sillonnait les rues des quartiers chauds de Montréal le soir et la nuit.

Le Bon Dieu dans la rue est plus tard devenu Dans la rue, pour enlever la référence religieuse en gardant la même mission humanitaire d’aider les jeunes sans les juger.

Le père Pops a ensuite ouvert un refuge, baptisé Le Bunker, puis, en 1997, un Centre de jour, où les jeunes peuvent suivre des cours, participer à des ateliers d’art, de musique, d’informatique, en plus d’avoir accès à du soutien psychologique. En avril 2009, l’école du Centre de jour a d’ailleurs été rebaptisée l’École Emmett Johns.

Au moment de son décès, le père Pops s’était retiré depuis quelques années de l’administration de son organisme, «qui est là pour rester», a assuré dimanche Étienne Lalonde, directeur développement et communications chez Dans la rue.

«L’organisme poursuit son œuvre, on poursuit la mission qui avait été mise en place par Pops, et on est là pour les jeunes. On accueille toujours un millier de jeunes par année dans nos services», a-t-il dit en entrevue.

Plusieurs honneurs

Le père Emmett Johns a reçu plusieurs honneurs, notamment un certificat de membre honoraire de la Société canadienne de pédiatrie en 2007, le Prix de la santé et du bien-être psychologique de l’Ordre des psychologues du Québec en 2003, un Prix d’excellence du Service de police de Montréal et un Prix humanitaire de l’Association des psychiatres du Québec.

En octobre 2009, il a également reçu le prix Thérèse-Daviau, de la Ville de Montréal, remis à une personne engagée dans sa communauté et qui a oeuvré à la qualité de vie des Montréalais.

Il a également reçu des doctorats honorifiques de l’Université Concordia, de l’Université du Québec à Montréal et de l’Université McGill, en plus d’une Médaille de l’Université de Montréal.

Il a aussi été nommé Grand officier de l’Ordre national du Québec en 2003 et est devenu membre de l’Ordre du Canada en avril 1999.

En 2011, l’Orchestre symphonique de Montréal lui a rendu hommage lors d’un concert.

***

RÉACTIONS DE PLUSIEURS PERSONNALITÉS

Philippe Couillard, premier ministre du Québec: «Mes sincères condoléances à la famille et aux proches du père Emmett Johns. «Pops», comme tout le monde l’appelait, a fondé en 1988 l’organisme @—danslarue qui vient en aide aux jeunes sans-abri ou en situation précaire. Merci pour tout.»

Valérie Plante, mairesse de Montréal: «C’est avec tristesse que j’accueille la nouvelle du décès de Pops. Un géant montréalais de la solidarité et de l’entraide vient de nous quitter. Mes pensées accompagnent sa famille et ses proches et tous ceux et celles qu’il a aidés au fil des ans. Merci pour tout.»

Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse et à la Santé publique: «Toutes mes sympathies aux proches du père Emmett Johns! Merci pour votre dévouement et vos actions pour le Québec.»

Isabelle Melançon, ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques: «Triste nouvelle. Merci au père Emmett Johns pour son dévouement et son engagement envers ceux et celles qui vivent dans la rue.»

Jean-François Lisée, chef du Parti québécois: «Affectueusement appelé “Pops”, le père Emmett Johns a consacré sa vie a offrir réconfort et dignité aux itinérants de Montréal. Il est, pour tout le Québec, un modèle de compassion et d’engagement.»

François Legault, chef de la Coalition avenir Québec: «Un homme exceptionnel qui a aidé des milliers de jeunes. Merci Pops.»

Mélanie Joly, ministre fédérale du Patrimoine: «Bien triste nouvelle aujourd’hui. Le fondateur de Dans la rue, le père Emmett Johns “Pops” est décédé. Mes pensées vont vers sa famille et ses proches, mais aussi tous ceux et celles qui ont connu son immense générosité. Merci d’avoir aidé tant de gens dans le besoin.»

Lionel Perez, chef de l’opposition officielle au conseil municipal de Montréal: «C’est avec tristesse que j’apprends du décès du Père Emmett Johns, Pops comme nous l’appelons tous. Mes pensées sont avec sa famille».

Dorothy Alexandre, président du Conseil des Montréalaises: «Le père Emmett Johns “Pops” est décédé. Il a trouvé sa mission de vie à 60 ans. Son héritage est quant à lui indélébile. Courage à toutes celles et à tous ceux qui sont affectés par son départ.»