Dans une ambiance festive et au son des violons, près de 300 élèves et membres du personnel de l'école secondaire publique De La Salle d'Ottawa ont assistés, mardi matin, à la mise à l'eau officielle du canot d'écorce algonquin traditionnel à l'Île Petrie d'Ottawa, dans le sillage des célébrations du 400e anniversaire du passage de l'explorateur Samuel de Champlain sur la rivière des Outaouais.
Dans une ambiance festive et au son des violons, près de 300 élèves et membres du personnel de l'école secondaire publique De La Salle d'Ottawa ont assistés, mardi matin, à la mise à l'eau officielle du canot d'écorce algonquin traditionnel à l'Île Petrie d'Ottawa, dans le sillage des célébrations du 400e anniversaire du passage de l'explorateur Samuel de Champlain sur la rivière des Outaouais.

Le passage de Champlain souligné avec des canots traditionnels

Maxime Daigle, collaboration spéciale
Le Droit
Dans une ambiance festive et au son des violons, près de 300 élèves et membres du personnel de l'école secondaire publique De La Salle d'Ottawa ont assistés, mardi matin, à la mise à l'eau officielle du canot d'écorce algonquin traditionnel à l'Île Petrie d'Ottawa, dans le sillage des célébrations du 400e anniversaire du passage de l'explorateur Samuel de Champlain sur la rivière des Outaouais.
Le voyageur authentique Christian Pilon, ainsi que les 11 élèves ayant aidé à la fabrication de l'embarcation, étaient vêtus de tenues amérindiennes traditionnelles.
Plusieurs dignitaires, tels que le maire de la Ville d'Ottawa, Jim Watson, le député provincial Phil McNeely et son homologue fédéral Royal Galipeau, étaient présents pour la célébration de ce moment marquant de l'histoire.
«Il s'agit d'une belle occasion de célébrer le 400e anniversaire du passage de Champlain dans la région et le début de la présence francophone dans les environs», explique le Métis Christian Pilon, né à Azilda, tout près de Sudbury.
«Ce fût un immense plaisir de reproduire le cadeau que mes ancêtres ont offerts à Champlain», raconte celui qui a enseigné aux onze élèves toutes les techniques utilisées à l'époque pour construire un canot avec les ressources d'autrefois.
Au-delà de la construction d'un canot, Christian Pilon a su inculquer des valeurs importantes de son héritage amérindien aux élèves de l'école De La Salle. Depuis le début du projet, en octobre dernier, il a insisté sur le respect de l'environnement et sur l'égalité entre les sexes. La patience, la détermination et la famille étaient aussi à l'honneur.
Pour Justine Gamache Che Howard, élève de 10e année, il s'agissait d'une expérience incroyable permettant d'apprendre une nouvelle culture et de défaire les stéréotypes envers les Amérindiens. «J'ai beaucoup appris durant le projet, dit-elle. Chaque jour, j'apprenais quelque chose sur moi. C'est une expérience que je n'oublierai jamais.»
Mardi, la plage de l'Île Petrie a été l'hôte de plusieurs spectacles, d'animations, d'expositions, ainsi que d'un souper communautaire pour célébrer la rencontre du 4 juin 1613 entre Samuel De Champlain et les Amérindiens.