La direction du Parc Omega assure qu’un protocole sanitaire adapté à la pandémie de COVID-19 a été élaboré afin de garantir la sécurité et la santé des employés, des clients et des animaux.
La direction du Parc Omega assure qu’un protocole sanitaire adapté à la pandémie de COVID-19 a été élaboré afin de garantir la sécurité et la santé des employés, des clients et des animaux.

Le Parc Omega reprendra ses activités dès le 20 juin

Après trois mois de fermeture, le Parc Omega, situé à Montebello, rouvrira ses portes aux visiteurs le 20 juin.

L’entreprise a confirmé la nouvelle après avoir obtenu le feu vert de Québec pour redémarrer ses activités. La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, a annoncé jeudi la réouverture des zoos, jardins, fermes agrotouristiques et lieux de renseignements touristiques.

La direction du Parc Omega assure qu’un protocole sanitaire adapté à la pandémie de COVID-19 a été élaboré afin de garantir la sécurité et la santé des employés, des clients et des animaux.

Plusieurs aménagements ont également été apportés aux infrastructures du vaste site de 2000 acres dans le but de respecter les mesures sanitaires imposées par le gouvernement.

« Les installations extérieures et intérieures, notamment les sentiers pédestres, les aires de pique-nique et les toilettes ont été adaptées afin d’optimiser la distanciation physique et de permettre aux visiteurs d’aller à la rencontre des animaux dans un environnement sécuritaire. Afin d’assurer un contrôle de l’achalandage, les visiteurs devront dorénavant réserver et se procurer des billets via la billetterie en ligne avant de se présenter sur le site », indique la direction du parc animalier dans un communiqué publié vendredi, rappelant au passage « qu’aucun animal présent au parc n’est considéré, aujourd’hui, comme étant à risque de contracter ou de propager la maladie ».

Cela fait plusieurs semaines que le Parc Omega, qui dit attirer plus de 300 000 visiteurs par année à l’intérieur de ses installations, prépare sa réouverture. Le parc animalier de la Petite-Nation et le Parc Safari, à Saint-Bernard-de-Lacolle, en Montérégie, avaient d’ailleurs publiquement dénoncé, la semaine dernière, leur incompréhension face au fait que les parcs régionaux, les campings et même les ciné-parcs pouvaient accueillir des gens, malgré la pandémie de COVID-19. Les deux attractions touristiques s’expliquaient mal pourquoi les parcours de type « safari en voiture » devaient encore demeurer fermés au public malgré la nature de leur produit.