Le party a levé sur la rue Sparks, au centre-ville d'Ottawa.

Le Nouvel An célébré en grand

De multiples soirées étaient organisées dans la région de la capitale nationale pour célébrer le Nouvel An. Si plusieurs sont restés avec la parenté, ceux qui se trouvaient seuls ou avec quelques amis pouvaient également faire le décompte de minuit dans une ambiance festive.
Le Vieux-Hull au complet était actif. Plusieurs bars et restaurants ont offert une programmation bien spéciale à leurs clients. Les Brasseurs du temps, par exemple, offraient un repas cinq services avant de laisser le groupe les «Irish bastards» réchauffer les lieux.
De l'autre côté de la rivière, des fêtes avec différentes thématiques avaient lieu. Pour une ambiance tropicale, c'est au Château Laurier que ça se passait. Alors qu'à l'hôtel de ville d'Ottawa, ce sont les Écossais qui mettaient l'ambiance pour le Hogmanay, une fête traditionnelle du Nouvel An.
Les kilts étaient omniprésents et, au bonheur des jeunes familles, le décompte était synchronisé avec celui de la grande fête à Glasgow en Écosse. «Ça permet aux enfants de participer à cette tradition qui dure depuis des centaines d'années», explique l'un des organisateurs, Steve McDonald, lui-même d'origine écossaise.
Incontournable, une masse de courageux ont bravé le froid intense pour célébrer à l'extérieur sur la rue Sparks. K-OS y était notamment en spectacle.
Lucie et Marcel Forgues et Lise Brazeau étaient parmi les fêtards. Habillés chaudement, ils étaient prêts à danser et à s'amuser. Mme Brazeau affirmait ne pas ressentir le froid, qu'il suffisait de bouger pour se réchauffer.
«Ma famille est occupée, alors je suis venue ici avec des amis. On s'amuse et on passe une agréable soirée!»