Cédric Tessier occupera le rôle de « responsable de la livraison du programme » au sein du comité exécutif de la Ville de Gatineau.

Le nouveau rôle de Cédric Tessier

En nommant Cédric Tessier au comité exécutif avec le rôle de « responsable de la livraison du programme », le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, vient ni plus ni moins que de doter le conseil municipal de ce qui s’apparente en tout point à un leader parlementaire dans les paliers de gouvernements supérieurs.

Le conseiller dans la jeune vingtaine, qui entame déjà un deuxième mandat à la Ville de Gatineau, perçoit d’ailleurs son nouveau rôle comme tel. Le maire a résumé la tâche de M. Tessier, mardi, en affirmant qu’il « devra s’assurer que les dossiers sont prêts à cheminer dans les diverses instances politiques, que les bonnes personnes ou instances ont été consultées, que les suivis appropriés sont faits au conseil et, en collaboration avec le président du conseil, voir à l’arrimage entre les travaux de l’exécutif et ceux du conseil ». 

M. Tessier admet que le mandat qui lui est confié par le maire est important. « Ce sera un nouveau rôle à créer, mais je ne ferai pas ça seul, dit-il. Dans le dernier mandat, les élus ont donné plus de pouvoirs aux comités et aux commissions, notamment un pouvoir consultatif afin que ces instances fassent vraiment un travail politique avant que les dossiers arrivent à la table du conseil. »

La façon dont les débats se font à Gatineau devrait être passablement modifiée au cours du présent mandat. Il s’agissait d’ailleurs de l’un des objectifs de la révision des comités et commissions effectuée par l’ancien conseil. « Il faut que les débats se fassent entre les élus, insiste M. Tessier. On ne veut plus de situation de malaise où ce sont des fonctionnaires qui sont pris pour défendre un dossier. Il faut que les élus portent les dossiers et les défendent politiquement. Actuellement, notre modèle force parfois les fonctionnaires à faire de la politique contre leur gré. »

Le fonctionnement des comités et commissions est aussi appelé à changer. Plus de détails à cet effet doivent être connus en janvier prochain, lorsque le maire de Gatineau présentera ses « lettres de mandat » aux présidents des comités et commissions.

PAS DE PROGRAMME AVANT LE BUDGET

Le maire Maxime Pedneaud-Jobin lève le pied de l’accélérateur quant à sa volonté de faire adopter un programme du conseil avant l’adoption du budget 2018. 

Même si ce dernier l’a nié, mercredi, le changement de stratégie est bien réel et fait probablement suite aux nombreuses discussions qu’il a eues avec les élus au cours des deux dernières semaines. 

Au lendemain de l’élection, le maire de Gatineau insistait sur l’importance pour le conseil de s’entendre sur un programme du conseil qui allait dicter les priorités pour les quatre prochaines années à la Ville, avant l’adoption du budget 2018.

Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

M. Pedneaud-Jobin parle maintenant d’« extraire un certain nombre de choses du cadre financier afin de prendre des décisions dès le premier budget ».

Il veut ainsi éviter de « bousculer » les élus en les forçant à prendre des décisions trop rapidement, sans qu’ils aient eu l’occasion de s’approprier toute l’information pertinente. 

« Ce n’est pas tout le mandat qui va se décider la semaine prochaine, a-t-il indiqué. On a quatre ans. Il y aura des choses qui se feront chaque année en fonction de ce que le conseil sera prêt à faire. » 

Cette façon de faire détonne avec la première administration Pedneaud-Jobin où le programme adopté en 2014 avait dicté en grande partie le reste du mandat. L’étude du budget 2018 se déroulera la semaine prochaine, de lundi à jeudi. L’adoption du budget par le conseil aura lieu le 18 décembre.