Si le gouvernement veut des immigrants qui parlent français et trouvent des emplois plus rapidement, il réduit au mauvais endroit, selon Jack Jedwab, président de l’Institut canadien pour les identités et les migrations.

Le nombre d’immigrants économiques en chute au Québec

MONTRÉAL — De nouvelles statistiques montrent que le Québec tient sa promesse de réduire sa part d’immigrants en 2019, mais la province a profondément réduit la catégorie des travailleurs qualifiés, ce qui va à l’encontre des objectifs déclarés du gouvernement.

Au cours des six premiers mois de 2019, le nombre d’immigrants arrivés au Québec dans la catégorie économique a diminué de 32 % par rapport à la même période en 2018. Dans cette catégorie, la province a jusqu’à présent accepté 41 % de moins de travailleurs qualifiés que pendant les six premiers mois de l’année dernière.

Les chiffres ont été compilés par Jack Jedwab, le président de l’Institut canadien pour les identités et les migrations, à l’aide de données du ministère fédéral de l’Immigration.

Le premier ministre François Legault a été élu en octobre dernier avec la promesse de réduire l’immigration de 20 % en 2019 par rapport à 2018. Trop de nouveaux arrivants ne trouvaient pas de travail au cours des cinq premières années de leur arrivée et trop peu parlaient français, a-t-il déclaré.

Mais M. Legault et son ministre de l’Immigration, Simon Jolin-Barrette, ont répété à maintes reprises que si le Québec accueillait globalement moins de nouveaux arrivants en 2019 et dans les trois années suivantes, que les candidats acceptés seraient mieux à même de répondre aux besoins économiques de la province.

Pénurie de main-d’œuvre

Le Québec souffre d’une pénurie de main-d’œuvre dans toutes les régions de la province et des groupes d’entreprises ont plaidé auprès du gouvernement pour augmenter l’immigration à

60 000 personnes par an.

M. Jedwab a déclaré que les derniers chiffres fédéraux révèlent également que les immigrants venus de pays francophones comme Haïti, la Tunisie et la France — dont la majorité s’est installée au Québec, a-t-il déclaré — ont également beaucoup diminué au premier semestre de 2019. Environ 43 % moins d’Haïtiens, 34 % de Français et 23 % de Tunisiens ont été acceptés au pays aux premier et deuxième trimestres de 2019.

M. Jedwab a ajouté que les données analysées par son groupe de réflexion suggèrent fortement que le plan de réduction de l’immigration du Québec est la raison pour laquelle beaucoup moins d’immigrants francophones ont été acceptés au Canada jusqu’à présent cette année.

Au mauvais endroit

«On dirait que c’était une coupe pour le plaisir de couper, a déclaré M. Jedwab dans une entrevue. Nous voyons au cours des six premiers mois un pourcentage substantiel de réductions provenant de la catégorie économique et principalement par le biais de travailleurs qualifiés — et ça provient principalement des pays francophones.»

Si le gouvernement veut des immigrants qui parlent français et trouvent des emplois plus rapidement, il réduit au mauvais endroit, selon M. Jedwab.

«Ce que [le Québec] a fini par couper est en contradiction avec ce que les experts décrivent comme les caractéristiques qui rendent les candidats plus enclins à l’intégration», a-t-il dit.

L’immigration au Canada se divise en trois grandes catégories : économique, parrainage familial et réfugiés. Les données révèlent que le Québec a réduit de 10 % le nombre d’immigrants parrainés au cours des six premiers mois de 2019, par rapport à la même période de 2018. Les chiffres montrent également une réduction de 20 % du nombre de réfugiés et de personnes protégées acceptés au premier semestre de 2019.

Le Québec prévoit de réduire l’immigration d’environ 20 % dans chaque catégorie en 2019, pour atteindre 40 000 personnes. La province a annoncé qu’elle augmenterait progressivement son nombre au cours des prochaines années pour atteindre environ 52 500 personnes en 2022.

Émilie Vézina, une porte-parole du ministère de l’Immigration du Québec, a déclaré que les statistiques fournies par le gouvernement fédéral pour le premier semestre de 2019 ne disent pas tout.

Le nombre total d’immigrants pour 2019 sera conforme à l’objectif du gouvernement, a-t-elle assuré.

«Les objectifs sont fixés sur une base annuelle plutôt que mensuelle», a-t-elle écrit dans un courrier électronique. Les familles qui arrivent dans la province dans la catégorie économique, par exemple, arrivent plus souvent en été, avant le début des études, selon Mme Vézina.

«L’arrivée de ces personnes n’est donc pas comptabilisée dans les données identifiées pour les six premiers mois de l’année, a-t-elle dit. C’est pourquoi il est préférable d’utiliser les données annuelles pour obtenir une image plus réaliste.»