Le directeur général de la coopérative de solidarité du Marché mobile de Gatineau, Michaël Daudelin
Le directeur général de la coopérative de solidarité du Marché mobile de Gatineau, Michaël Daudelin

Le Marché mobile de Gatineau reprendra la route dès mardi

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
C’est ce mardi que le camion du Marché mobile de Gatineau reprendra la route pour lancer sa cinquième édition, la pandémie de COVID-19 ayant retardé le lancement de cette dernière.

Environ 30 000 Gatinois vivant à plus d’un kilomètre d’une épicerie pourront donc avoir accès à des produits alimentaires locaux frais, santés et abordables.

« On a très hâte, lance le directeur général de la coopérative de solidarité du Marché mobile de Gatineau, Michaël Daudelin. Mon objectif c’était vraiment de remettre le camion sur la route le plus vite possible, mais c’est clair qu’on vit dans un contexte particulier présentement. »

D’ailleurs, une des clientèles les plus importantes du Marché mobile de Gatineau se veut les résidences de personnes âgées. La prudence quant à la reprise des activités est donc doublement importante étant donné que ce groupe de personnes est considéré comme étant à risque. M. Daudelin assure toutefois que toutes les mesures sanitaires de précaution suggérées par les autorités de santé publique seront appliquées pour bien protéger autant les employés que les résidents.

« Initialement, les gens remplissaient le camion pour faire leur épicerie eux-mêmes, mais maintenant on oublie ça. C’est nous qui allons préparer leur commande, indique-t-il. On aura aussi des visières comme équipement de protection et le mode de paiement sera essentiellement par carte. On va accepter l’argent, mais ce sera dans un pot d’eau savonneuse. »

« On a emprunté cette idée-là au Marché de Ripon. Ça aide d’avoir d’autres projets qui ont su s’adapter pendant la crise », ajoute M. Daudelin tout en soulignant que des cônes seront mis en place dans la file d’attente pour faire respecter la distanciation sociale.

« On va être assez strict, insiste-t-il. Il faut que les gens gardent leur distance. Les résidences pour personnes âgées sont un endroit fragile donc on se doit d’être très prudent. »

Éduquer les gens

La coopérative a également décidé de mettre en place un volet éducatif cette année afin d’éduquer les gens sur les saines habitudes alimentaires.

« À la base, le Marché mobile de Gatineau a été mis sur pieds pour que les gens mangent mieux. La première étape c’est d’offrir le produit, mais on a beau mettre des fruits et des légumes partout, si les gens ne sont pas habitués de manger ça, ils ne sauront pas comment les cuisiner et ne savent pas toujours quoi faire avec, explique M. Daudelin. Ça prend un certain travail d’éducation et cette année on a reçu le financement nécessaire pour avoir une personne-ressource avec nous. On pourra donc faire découvrir des légumes moins connus, ou encore qui sont plus économiques aux gens, tout en leur apprenant comment les transformer. Il y aura plusieurs petites cliniques au camion où on pourra répondre aux questions du public et on aura aussi un groupe Facebook où la personne-ressource sera accessible pour répondre aux questions des gens. »


« On a emprunté cette idée-là au Marché de Ripon. Ça aide d’avoir d’autres projets qui ont su s’adapter pendant la crise. »
Michaël Daudelin

Une campagne qui va bien

Par ailleurs, la campagne Ensemble pour nourrir l’Outaouais a atteint près de la moitié de son objectif.

En date de vendredi, 12 390 $ avaient été amassés et 112 contributeurs avaient participé à la campagne.

Lancée le 8 juin dernier en collaboration avec Moisson Outaouais et Desjardins, la campagne de financement Ensemble pour nourrir l’Outaouais vise à encourager les producteurs locaux et soutenir les gens dans le besoin en Outaouais.