Il y aura bientôt un an que le MAMROT a institué son enquête à Maniwaki à la suite des révélations du Droit dans le dossier du Centre Château Logue.

Le MAMROT enquête toujours sur Maniwaki

Le ministère des Affaires municipales, des régions et de l'Occupation du territoire (MAMROT) soutient que son enquête dans le dossier du Centre Château Logue de Maniwaki est « complexe » et « toujours en cours de traitement ».
Il y aura bientôt un an que le MAMROT a institué son enquête à Maniwaki à la suite des révélations du Droit dans le dossier du Centre Château Logue.
Dans une procédure aussi inusitée que rarissime, Québec avait lui-même déposé une plainte contre la Ville de Maniwaki afin de pouvoir vérifier les livres de la municipalité du maire Robert Coulombe. Le MAMROT avait agi de la sorte après que LeDroit eût révélé que le Centre Château Logue devait plus de 700 000 $ en taxes, intérêts et frais de location impayés depuis 2002. Ce montant représentait près de 10 % du budget annuel de la municipalité.
Depuis, aucune information n'a filtré des vérifications menées par le ministère, outre le fait que l'Unité permanente anticorruption (UPAC) a elle aussi lancé son enquête dans le dossier du Centre Château Logue, en juillet dernier.
Enquête « fastidieuse »
« La cueillette de documents auprès de la municipalité a été fastidieuse et a pris beaucoup de temps, précise Émilie Lord, porte-parole du MAMROT. C'est un dossier qui est complexe. La complexité du dossier a fait en sorte que le ministère a eu besoin de beaucoup de documents. Il y a encore des éléments à regarder. »
Le MAMROT est incapable de préciser quand sa vérification auprès de Maniwaki sera terminée. « Nous attendons la toute fin du travail pour faire un bilan de ce que nous aurons vu et analysé », dit-elle.
Une fois la vérification terminée à Maniwaki, une lettre contenant les recommandations du ministère, s'il y a lieu, sera envoyée à la municipalité et au plaignant. Cette lettre devra être rendue publique par la municipalité.