Pierre Philion.
Pierre Philion.

«Le maire est rancunier» - Pierre Philion

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Le conseiller Pierre Philion s'attend à ce que le maire, Marc Bureau, pénalise ceux qui s'attaquent à son leadership lors du remaniement qu'il doit annoncer au début 2009.
M. Bureau doit procéder, en janvier, à un jeu de chaise musicale au sein des comités et commissions, pour ainsi faire de la place à Claude Millette, élu en octobre pour remplacer Louise Poirier.
« Personnellement, je pense que le maire veut pénaliser les conseillers qui critiquent son leadership, à moins d'un an des élections, a fait savoir M. Philion. Et je suis très surpris que mon nom n'apparaisse pas dans les rumeurs, parce que je ne suis pas un gros fan du leadership de M. Bureau. »
Les rumeurs veulent que le conseiller Aurèle Desjardins perde son statut de maire suppléant, et que la conseillère Jocelyne Houle se voie montrer la porte du comité exécutif.
M. Desjardins a déjà indiqué qu'il songeait à se présenter à la mairie l'an prochain, tandis que Mme Houle a déjà dénoncé le manque de leadership de Marc Bureau.
« Je pense que le maire est rancunier, et son entourage aussi », ajoute Pierre Philion. Le conseiller du district Saint-Raymond-Vanier croit donc que le maire pourrait faire payer cher toute dissidence éventuelle lors du vote sur le budget. « Étant donné qu'il attend après les Fêtes pour faire les changements, je me demande s'il
n'attend pas de voir comment
les conseillers vont voter au
budget. »
Pierre Philion considère qu'il aurait été facile, pour le maire, de procéder rapidement à un remaniement de petite envergure après l'élection de M. Millette. « Je suis tanné de lire dans les journaux que le maire veut faire de la place au nouveau conseiller en changeant certains élus de place. Il avait juste à transférer des dossiers de Mme Poirier au nouveau s'il voulait lui faire de la place. »
Depuis le départ de Louise Poirier, Patrice Martin a été nommé à sa place à la présidence de la Société de transport de l'Outaouais. Il est de plus président du conseil et président de la commission sur l'environnement, un poste qu'il devrait quitter en raison de l'imposante charge de travail liée à toutes ces fonctions.