Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
L'ancien juge à la Cour du Québec, Bernard Dagenais
L'ancien juge à la Cour du Québec, Bernard Dagenais

Le juge Bernard Dagenais s'éteint

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Article réservé aux abonnés
L'ancien juge à la Cour du Québec, Bernard Dagenais, s'est éteint le 4 janvier dernier à l'âge de 88 ans.

Celui qui a assuré cette fonction pendant un peu plus d'une vingtaine d'années laisse dans le deuil son épouse Nicole, ses trois filles Marie-Josée, Marie-France et Lucie, ainsi que ses petits-enfants Mathieu, Catherine et Jean-Thomas.

Diplômé de l'Université d'Ottawa, M. Dagenais  a pratiqué le droit avec son frère Jean pendant plus de 20 ans à la firme Dagenais & Dagenais, à Gatineau, avant de devenir juge à la Cour du Québec en 1978.

«C'était vraiment une famille de juristes», concède Régis Bouchard, qui a couvert l'actualité judiciaire au palais de justice de Gatineau pour Le Droit de 1985 à 2009.

Selon lui, M. Dagenais était reconnu pour être un juge «patient et populiste».

«C'était un bon juge et il était généreux comme personne, dit-il. Je ne me souviens pas de l'avoir vu faire une montée de lait. Il était très populiste et était capable d'aller chercher l'opinion des autres.»

«Il avait la réputation d'être un juge pas extrêmement sévère, sauf pour les cas d'abus sexuels sur des enfants ou pour les cas d'agressions sexuelles, poursuit M. Bouchard. Mais pour les introductions par effraction ou les vols à l'étalage, il était assez clément. C'était un juge qui donnait presque toujours la chance au coureur.»

Le juge Dagenais n'était d'ailleurs pas n'importe qui aux yeux de M. Bouchard.

«C'était mon deuxième père au niveau juridique, illustre-t-il. Quand j'ai commencé ma carrière au palais de justice, il m'a beaucoup aidé et il venait souvent me jaser dans mon bureau. Je vais toujours me rappeler des discussions qu'on a eues entourant les nombreuses croisières qu'il a faites pendant sa carrière. C'était un homme très généreux.»

En plus d'être juge à la Cour du Québec, Bernard Dagenais a également siégé au sein de plusieurs conseils d'administration au long de sa carrière, dont ceux du Mouvement Desjardins, de la Commission scolaire de Gatineau, du Club Richelieu et de la paroisse St-Jean-Marie-Vianney.

Ceux et celles qui souhaiteraient assister aux funérailles pourront le faire en mode virtuel, alors que la cérémonie sera diffusée en direct sur le web le 20 février prochain, à 10h.