Le journaliste Jean Lacaille est décédé de complications liées au diabète.
Le journaliste Jean Lacaille est décédé de complications liées au diabète.

Le journaliste Jean Lacaille est décédé

Le journaliste Jean Lacaille, qui a couvert l’actualité de la Vallée-de-la-Gatineau pendant près de 40 ans, est décédé jeudi à l’âge de 71 ans.

Ce travailleur acharné était une véritable référence sur l’histoire sur sa région. Cet amoureux de l’information locale a travaillé pour plusieurs médias, dont le journal La Gatineau et la radio CHGA de Maniwaki. Il a par ailleurs collaboré à de nombreuses éditions du Droit.

M. Lacaille est décédé de complications liées au diabète.

Pour l’ancien rédacteur en chef du Droit, Michel Gauthier, ce «bourreau de travail» était le prototype parfait du journaliste régional. «Il aimait parler aux gens, il aimait sa région et raconter la nouvelle. Il a travaillé pour à peu près tous les médias d’information de la Vallée-de-la-Gatineau.»

Le journaliste avait encore des projets sur la table, dont celui de faire démarrer le nouveau Journal Ma Gatineau avec ses propriétaires Yan Proulx et Isabelle Millette. M. Lacaille se préparait à reprendre la plume, mais les circonstances entourant la COVID-19 ont retardé le lancement des activités. «Nous sommes fiers d’avoir pu découvrir avec ce grand homme tous les charmes de la Vallée-de-la-Gatineau lors des derniers mois. Il était excité de faire partie d’une nouvelle aventure avec des gens aussi passionnés que lui pour l’information locale», ont écrit les deux propriétaires sur la page Facebook du nouveau média, vendredi.

Le résident de Blue Sea était originaire de Gracefield. «Il connaissait tout le monde, et tout le monde le connaissait dans la région», a lancé Michel Gauthier.

M. Gauthier se souvient d’ailleurs d’une anecdote remontant aux années 80, alors qu’il était entraîneur d’une équipe de hockey mineur. «Jean était chanteur à ses heures. Il avait composé une chanson pour notre équipe. Ça s’appelait Rosita la Rondelle. Il nous suivait même sur la route, dans l’autobus, lors des tournois. Il chantait sa pièce pour encourager les jeunes, et ça servait d’hymne à l’équipe. Il pouvait nous suivre jusqu’à Rouyn-Noranda!»

Outre la musique et la politique, Jean Lacaille était un fin amateur de théâtre.