Expositions

Mort du père de l’Insectarium, Georges Brossard

L’entomologiste Georges Brossard, fondateur de l’Insectarium de Montréal, est décédé mercredi matin. Il était âgé de 79 ans.

Fils de Georges-Henri Brossard, fondateur de la ville portant son nom, Georges Brossard s’est d’abord destiné au métier de notaire, qu’il a exercé pendant plus de 10 ans. Sa passion pour les insectes l’a toutefois poussé, à l’aube de la quarantaine, à quitter la sécurité que lui offrait son métier pour se consacrer à l’entomologie.

Après avoir parcouru le monde pour collectionner plus de 250 000 spécimens d’insectes, il fait des démarches dans le but d’ouvrir un lieu d’exposition consacré à ces bestioles.

C’est de là qu’est né l’Insectarium de Montréal, à qui il a donné sa collection et qu’il dirigera pendant 10 ans.

Ses projets ne se sont toutefois pas arrêtés avec Montréal : il fonde ainsi d’autres insectariums, entre autres à La Nouvelle-Orléans et à Shanghai.

Talents de vulgarisateur

Ses talents de vulgarisateur font aussi de lui une personnalité publique bien appréciée, qui animera notamment à la télévision les séries «Mémoires d’insectes» et «Insectia». Cette dernière série, tournée pour Discovery Channel, a été diffusée dans 150 pays.

Il s’est engagé auprès de plusieurs organismes, incluant l’Hôpital de l’Enfant-Jésus de Québec, la Société de biologie du Québec et l’Association des gens d’affaires de la Ville de Brossard.

À la demande de la Fondation Rêves d’enfants, il avait également emmené, en 1987, un jeune garçon en phase terminale en Amérique du Sud dans le but de capturer un morpho bleu. Cette aventure avait inspiré le film Le papillon bleu de Léa Pool, paru en 2004.

Des honneurs

Au cours de sa vie, Georges Brossard aura cumulé les honneurs. Il a ainsi été fait chevalier de l’Ordre national du Québec et membre de l’Ordre du Canada, a reçu la Médaille de l’Assemblée nationale du Québec, la Médaille du jubilé de la Reine Elisabeth II et la médaille Louis-Riel, en plus de recevoir plusieurs doctorats honorifiques.

Espace pour la vie, qui regroupe l’Insectarium, le Biodôme, le Planétarium et le Jardin botanique de Montréal, a réagi au décès dans un communiqué.

«Sans l’extraordinaire contribution de Georges Brossard, l’Insectarium de Montréal n’aurait sans doute jamais vu le jour. C’est pour nous un grand honneur de poursuivre son travail avec une passion à l’image de son fondateur. Son legs est immense et son souvenir sera à jamais lié à la mission d’Espace pour la vie», a dit Charles-Mathieu Brunelle, directeur d’Espace pour la vie.

«L’équipe Espace pour la vie travaille très fort pour faire vivre la passion de Georges Brossard aux nombreux visiteurs qui auront prochainement l’occasion de redécouvrir ces fascinantes créatures dans un insectarium tout neuf qui leur rendra hommage», a renchéri Laurence Lavigne Lalonde, membre du comité exécutif de la Ville de Montréal.

Actualités

Le Canada dirigera la mission de l’OTAN en Irak jusqu’en novembre 2020

OTTAWA - Le Canada dirigera la mission de formation de l’OTAN en Irak jusqu’en novembre 2020, le gouvernement fédéral ayant approuvé la prolongation de l’opération.

La nouvelle de cette extension arrive alors que le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, et ses homologues d’autres pays de l’OTAN sont à Bruxelles pour discuter de la lutte contre Daech (groupe armé État islamique).

Le Canada compte 850 militaires en Irak et dans la région environnante qui participent à la lutte contre Daech, dont 250 entraînent l’armée irakienne dans le cadre de la mission de l’OTAN.

Le groupe extrémiste demeure une menace malgré la perte de tout son territoire en Irak et en Syrie, où il continue de mener des attentats-suicides et d’autres attaques d’insurgés.

Le Canada dirige la mission de formation de l’OTAN depuis juillet dernier et devait céder les rênes à un autre pays à la fin du mois, mais il la dirigera maintenant jusqu’en novembre 2020.

La prolongation n’est que la plus récente en date impliquant l’armée canadienne en Irak, après que le gouvernement fédéral a promis de garder les 600 autres soldats dans ce pays ravagé par la guerre jusqu’en mars 2021.

Tennis

Trois Canadiens parmi les têtes de série à Wimbledon, dont Auger-Aliassime

WIMBLEDON, Royaume-Uni - Milos Raonic sera la 15e tête de série à Wimbledon, tandis que Félix Auger-Aliassime sera la 19e et Denis Shapovalov la 29e, ont annoncé les organisateurs du tournoi mercredi.

Un quatrième tennisman canadien - Vasek Pospisil, de Vancouver - fait aussi partie du tableau principal, mais il n’est pas une tête de série.

Chez les dames, aucune représentante de l’unifolié ne fait partie du top-32. L’Ontarienne Bianca Andreescu a annoncé son retrait du tournoi la veille en raison d’une blessure à une épaule.

Novak Djokovic, le champion en titre, sera le favori du côté masculin, tandis que l’Australienne Ashleigh Barty aura le même titre du côté des dames.

Quant à Roger Federer, il sera la deuxième tête de série, un rang devant Rafael Nadal, inversant ainsi leur place respective au classement mondial de l’ATP - et relançant ainsi un vieux débat sur le système de classement du All England Club. Ce dernier détermine le classement des joueurs en fonction de leurs récents résultats sur le gazon, contrairement aux autres tournois du Grand Chelem.

Nadal a déclaré sur les ondes de la télévision espagnole qu’il ne comprend pas pourquoi Wimbledon est le seul tournoi à utiliser son propre système de classement. Selon l’ex-capitaine des États-Unis à la Coupe Davis, Patrick McEnroe, et l’ex-joueur et entraîneur Brad Gilbert, ‘Rafa’ devrait être la deuxième tête de série.

En vertu de son classement, Nadal pourrait devoir battre Djokovic et Federer en route vers la conquête d’un éventuel troisième titre en carrière à Wimbledon.

Nadal vient de décrocher son 12e titre en carrière aux Internationaux de France, qui se déroulent sur la terre battue, et il n’a pas pris part au moindre tournoi préparatoire sur gazon. C’est rarement le cas, de toute façon.

D’autres cas sont aussi observables au classement. Le finaliste de l’an dernier, Kevin Anderson, est la quatrième tête de série, même s’il n’est que le huitième joueur au monde en date de cette semaine; John Isner est la neuvième tête de série, même s’il est 12e au monde; Marin Cilic est la 13e tête de série, même s’il est classé 18e.

Du côté des dames, en contrepartie, le All England Club respecte le classement mondial de la WTA. Après Barty, la Japonaise Naomi Osaka est la deuxième tête de série, suivie de Karolina Pliskova.

La détentrice de sept titres à Wimbledon, Serena Williams, est la 11e tête de série. Il y a un an, à son retour sur le circuit de la WTA après la naissance de son premier enfant, Williams occupait le 183e échelon mondial - mais était classée 25e tête de série.

Elle avait atteint la finale, avant de s’incliner devant Angelique Kerber.

+

Actualités

Loki, le chat dénicheur de trésor

Bien que cela faisait des années que Marie-Ève Laplante­ possédait son ensemble de meubles de chambre à coucher, elle ne se serait jamais doutée que celui-ci renfermait un trésor. Mais ce n’est que lorsque son chaton Loki s’est mis à jouer sous une de ses tables de chevet qu’elle y a découvert un double fond, vendredi. Grâce au pouvoir des réseaux sociaux, la Waterloise a pu remettre son précieux contenu à sa propriétaire, et ce, en un temps record.

La petite chatte de cinq mois, un persan, s’amusait sous les meubles alors que sa maîtresse s’affairait à plier du linge tôt vendredi matin, raconte Mme Laplante. 

« Je trouvais qu’elle faisait un bruit étrange pendant qu’elle jouait, raconte la propriétaire du félin, qui avait acquis les meubles il y a environ six ans auprès d’un particulier demeurant sur la rue Robinson et rencontré via le site Kijiji. Ça ressemblait à un bruit de papier. »

Se penchant pour chercher l’origine du bruit, la dame a découvert un double fond dans le meuble, lequel contenait des photos de classe datant d’octobre 1997, prises à l’école primaire St-Joseph dans la classe de Mme Diane. 

Parmi les 22 élèves photographiés avec leur enseignante et leur directeur Roger Vachon, on peut y voir une fillette souriante, ses cheveux blonds relevés en lulus et arborant un chandail rose et fleuri. 

Des portraits individuels de l’enfant se trouvaient également dans le fameux tiroir.

« Je n’en revenais pas ! Ça fait six ans que j’ai mon meuble, j’ai même déménagé deux fois entre temps, mais je n’avais jamais remarqué ce double fond ! » lance Mme Laplante.

Par précaution, celle-ci a également vérifié si son autre meuble décelait des secrets.