Sarah Rahal ne s’attendait jamais à vivre une telle situation dans une ville comme Trois-Rivières.
Sarah Rahal ne s’attendait jamais à vivre une telle situation dans une ville comme Trois-Rivières.

Vol de voiture à Trois-Rivières: «Il se foutait que j’étais dedans» 

TROIS-RIVIÈRES — «Tout ce qu’il voulait est de partir avec la voiture. Il se foutait que j’étais dedans.»

Pendant que son amoureux était à l’intérieur d’un dépanneur du boulevard des Forges à Trois-Rivières, dimanche soir, Sarah Rahal attendait tranquillement dans la voiture stationnée. Elle ne se doutait pas alors qu’un inconnu allait entrer dans le véhicule utilitaire sport pour tenter de le voler. L’individu a été rattrapé environ une heure plus tard par la Sûreté du Québec sur l’autoroute 40 à Lavaltrie.

Cette étudiante de l’Université du Québec à Trois-Rivières passait le temps en consultant son téléphone intelligent lorsqu’elle a réalisé qu’un inconnu se trouvait sur le siège du conducteur avec une pierre à la main, témoigne-t-elle.

«Ça s’est fait en une fraction de seconde. Je pensais que c’était mon copain. Il (l’individu) a dit des conneries, je ne sais pas la langue qu’il parle. Il ne m’a pas dit de sortir. Il a un gros caillou. Il essaie de démarrer la voiture, mais il n’a pas su comment faire et j’ai eu le temps de sortir de la voiture. J’ai crié à l’extérieur, il n’y avait personne. Mon copain m’a vue et la commis du dépanneur a appelé la police», raconte Mme Rahal, une Tunisienne comme son conjoint, lui aussi étudiant à l’UQTR.

Mme Rahal raconte que son conjoint a tenté d’entrer dans le véhicule. L’individu a toutefois verrouillé les portières et il a quitté les lieux prestement.

«S’il démarre la voiture pendant que je suis à l’intérieur, il part avec moi. Mais j’ai réagi rapidement. Sinon, il serait parti avec moi. J’ai eu le réflexe de descendre», ajoute-t-elle.

Mme Rahal ne s’attendait jamais à vivre une telle situation dans une ville comme Trois-Rivières. Elle et son conjoint ont d’ailleurs choisi l’UQTR afin de vivre dans une ville plus calme que Montréal.

«C’est un truc que je n’imaginais pas. Je ne comprenais rien. Je ne suis pas habituée à ce genre de truc, je n’ai jamais assisté à un vol. Et ça m’arrive. Je suis loin de mes parents, ça fait trois mois que je suis ici. Je ne suis pas blessée, mais je n’ai pas dormi de la nuit. Je suis encore bouleversée», raconte celle qui ignore si le couple va demeurer à Trois-Rivières pour poursuivre ses études.

Bauer accusé

Toute cette histoire a débuté vers 21 h, dimanche, lorsque les policiers de Trois-Rivières ont été appelés sur les lieux pour un vol de voiture. Ils ont ratissé le secteur et ont fait appel à la Sûreté du Québec qui a aperçu le véhicule sur l’autoroute 40 à la hauteur de Louiseville. Les policiers ont demandé du renfort à leurs collègues des postes de Berthierville et de Lavaltrie.

L’individu a réussi à éviter un tapis à clous disposé sur la chaussée. La procédure a été répétée un peu plus loin et les policiers ont arrêté Jimmy Bauer, un homme de 43ans connu des milieux policiers. Durant l’arrestation, les policiers ont trouvé l’individu en possession de stupéfiants.

Bauer a comparu lundi au palais de justice de Trois-Rivières. Il a été accusé de vol qualifié, de fuite, d’entrave au travail des policiers et de possession de méthamphétamine.

La Couronne s’est opposée à sa remise en liberté. Bauer reviendra devant la justice mardi pour subir son enquête sur caution.