Les quatre amis ne cesseront visiblement jamais de bien s’entendre et seront ensemble pour le reste de leur vie. Sur la photo: Sandra Provencher, Odélie Boudreau, Josée Rainville et Nathan Therrien.
Les quatre amis ne cesseront visiblement jamais de bien s’entendre et seront ensemble pour le reste de leur vie. Sur la photo: Sandra Provencher, Odélie Boudreau, Josée Rainville et Nathan Therrien.

Voir et apprendre... à quatre

TROIS-RIVIÈRES — «Je n’ai jamais si bien vu qu’à travers leurs yeux.» Ces mots, ils proviennent de l’enseignante en mathématiques à l’Académie les Estacades Josée Rainville. Depuis plusieurs années, elle fait équipe avec Sandra Provencher afin d’offrir une éducation privilégiée à Nathan Therrien et Odélie Boudreau, deux étudiants non voyants qui viennent tout juste de graduer du secondaire. Ensemble, ils forment «les quatre mousquetaires».

À vrai dire, affirmer qu’ils entretiennent un lien aussi fort que celui qui unit les mousquetaires serait un euphémisme. Il ne suffit que de passer quelques secondes en compagnie de ces quatre meilleurs amis pour le saisir. Entre une blague de Nathan, une parole sage d’Odélie et les savants enseignements de leurs intervenantes se cache une relation indescriptible.

«C’est littéralement magique. En plus, quand on s’est connus, et c’est le cas de le dire, on ne s’est même pas vus! Simplement en sentant la présence de Sandra, Josée et Odélie, j’ai su que nous étions tous faits pour nous entendre», soutient Nathan Therrien.

Le coup de foudre

Pour remontrer aux balbutiements de cette équipe, il faut reculer d’un peu plus de dix ans. À ce moment, Odélie Boudreau est en deuxième année. Sandra Provencher, pour sa part, travaillait depuis trois ans avec un étudiant non voyant et était à la recherche d’un nouveau défi.

«J’ai parlé un peu avec mes collègues et le nom d’Odélie est ressorti tout de suite. Tout le monde me disait que je devais absolument travailler avec elle, qu’elle allait me charmer complètement. Évidemment, dès que j’ai aperçu cette belle cocotte si positive, je n’ai jamais voulu m’en séparer», a raconté l’éducatrice spécialisée.

C’est un an plus tard que Nathan a rejoint le duo. Les deux élèves ont ensuite poursuivi leur route ensemble, pour finalement se séparer lors de leur arrivée au secondaire. Heureusement pour eux, leur route allait se recroiser, deux années plus tard, en troisième secondaire.

«Avant qu’Odélie n’arrive, j’enseignais les mathématiques régulières. Lorsqu’elle a choisi de venir aux Estacades, ils cherchaient quelqu’un pour l’épauler dans certaines matières et mon nom est sorti. Les gens ont dit à sa maman qu’ils avaient trouvé la mère poule qu’il lui fallait», a ajouté Josée Rainville.

Peu après le retour de Nathan, elle a été complètement libérée de sa tâche pour enseigner non seulement les mathématiques à ces deux adolescents, mais également les sciences.

Odélie, ceinture noire de taekwondo, et Nathan, passionné de musique à l’oreille parfaite, ont tous deux su se démarquer, malgré leur condition, en exerçant leur passion.

Maintenant, après plusieurs années de collaboration entre ces individus, ce n’est plus un secret pour personne. Sandra, Josée, Nathan et Odélie étaient faits les uns pour les autres. Ce qu’ils ont vécu au moment de leur rencontre pourrait facilement rendre jaloux n’importe quel personnage principal de film d’amour.

«Aujourd’hui, après tout ce qu’on a vécu, je peux affirmer que j’aime ces deux-là comme mes propres enfants», a témoigné Sandra Provencher, remplie de fierté, en regardant ceux qu’elle a vus grandir et progresser depuis plus d’une décennie.

Plus grand que nature

Il va sans dire, Nathan et Odélie ont eu la chance, grâce à leurs deux intervenantes, d’apprendre des concepts qu’ils auraient eu beaucoup plus de difficulté à maîtriser en raison de leur condition particulière. Qu’à cela ne tienne, il n’y a pas que sur le plan académique que les deux adolescents ont pu évoluer.

«En plus de devoir nous faire avancer dans nos cours, elles avaient le mandat de nous faire progresser comme humains. Souvent, je me suis dit que c’était désagréable et triste de me faire encadrer de la sorte. Par contre, ça n’a jamais cessé d’être réconfortant également. Ces enseignements nous paraissaient plus comme des conseils d’amis», a fait savoir Nathan Therrien.

Lorsqu’on les interpelle à propos de la réussite dont ils sont le plus fiers depuis le début de leur collaboration avec les deux intervenantes, la réponse des deux étudiants est unanime. À l’unisson, ils répondent qu’ils n’auraient jamais pensé apprendre si facilement à avancer par leurs propres moyens dans la vie.

«C’est vraiment précieux l’autonomie qu’on a gagnée. Maintenant que j’ai gradué, je peux dire que je suis confiante de réussir les prochaines étapes de ma vie, et ce, par moi-même», a mentionné Odélie Boudreau.

Par ailleurs, les élèves ne sont pas les seuls à avoir appris de leurs enseignants. Les adultes aussi ont eu la chance de devenir une meilleure version d’elles-mêmes.

«Ces personnes-là sont tellement ouvertes d’esprit et prêtes à apprendre plein de choses de façons différentes. Je n’aurai jamais cette capacité qu’ils ont d’emmagasiner ainsi l’information. C’est hors du commun. C’est donc certain qu’ils ont pu nous faire évoluer au même rythme qu’eux», a exprimé Josée Rainville.

Au fil des années, Josée Rainville et Sandra Provencher ont pu développer une complicité unique.

Deux inséparables

Tous deux presque devenus des adultes, Odélie et Nathan en ont vécu des aventures depuis qu’ils se sont rencontrés pour la toute première fois, à la maternelle. Chose certaine, ils ne regrettent aucune de ces épreuves et ne pourraient être plus reconnaissants envers la vie de les avoir mis sur le chemin de l’autre.

«Je le veux», de dire Nathan lorsque questionné sur sa volonté de rester près d’Odélie pour le reste de sa vie. «C’est le genre d’amie que tu regardes réussir et qui te motive, qui te fait réaliser qu’il y en a d’autres qui vivent ce que tu vis, que toi aussi tu peux te dépasser et toujours aller plus loin», a-t-il ajouté.

Chaque jour, Sandra et Josée partaient en mission. Elles devaient permettre à deux élèves incapables de voir d’apprendre au même rythme que des individus possédant tous leurs sens. Certes, cela n’a pas toujours été facile, pour les professeurs comme pour les élèves. Toutefois, après cinq années de durs labeurs, ils peuvent tous se dire mission accomplie.

«On ne se le cachera pas, on vit dans un monde de voyants. Tout ce qui est montré à l’école est conçu pour les personnes qui voient. Tout ce qu’ils ont, c’est leur ouïe, et celle-ci est constamment dérangée par les autres personnes dans la classe qui font du bruit. Pour toutes ces raisons, je leur lève mon chapeau. Ils ont réussi à passer à travers un programme enrichi malgré leur condition», a fait savoir l’éducatrice spécialisée.

Récemment, Nathan et Odélie ont pu vivre leur fameux bal de finissants. Bien qu’empreint de joie, cet événement signifiait aussi la fin d’une épopée à travers laquelle ils n’ont jamais cessé de collaborer avec Sandra et Josée.

«On est détruits, nous aurions souhaité continuer bien des années ensemble. Les dernières semaines ont été remplies d’émotions et c’est encore très difficile. Pour nous, ça marque la fin d’une ère», a mentionné Mme Provencher.

Alors que Nathan compte se servir de son génie musical pour œuvrer dans le son d’ici quelques années, Odélie souhaite elle aussi poursuivre une passion et ainsi travailler auprès des animaux.

Quant à Sandra et Josée, elles retourneront à ce qu’elles faisaient avant le passage dans leur vie de ces deux non-voyants débordants d’énergie. Pour elles, «c’est un nouveau départ».

Nathan et Odélie ont pu vivre leur activité de finissants, la semaine dernière, aux côtés de leurs intervenantes, dont Sandra Provencher.

Bien que la suite des choses puisse être mystérieuse, voire apeurante pour Odélie Boudreau, Nathan Therrien, Sandra Provencher et Josée Rainville, ils peuvent être sûrs d’une chose. Leur relation est loin d’être terminée. Ils trouveront «toujours un moyen de se retrouver», assure Mme Rainville.

«Nous rencontrer a été le meilleur moment de notre vie, ou du moins de ma vie», de conclure Nathan, affichant son éternel sourire et transmettant sa bonne humeur aux trois autres mousquetaires.