Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Pierrot Lachapelle
Pierrot Lachapelle

Une relation des Hells Angels assignée à résidence

Daniel Renaud
La Presse
Article réservé aux abonnés
Pierrot Lachapelle, a beau avoir effectué toutes les représentations possibles pour convaincre les commissaires aux libérations conditionnelles du Canada (CLCC) de ne pas l’assigner à résidence une fois qu’il sera libéré, rien n’y fit.

Lachapelle, cofondateur des Evil Ones, défunt club-école des Hells Angels, et considéré par les autorités comme une relation des Hells Angels de Sherbrooke, devra passer les six prochains mois dans une résidence reconnue par les services correctionnels, en plus d’y respecter un couvre-feu, entre 22 h et 6 h, et d’être astreint à d’autres conditions sévères.

Lachapelle, 49 ans, a été visé dans l’opération SharQc par laquelle la police a tenté d’éradiquer les Hells Angels au Québec en avril 2009. Mais ce n’est qu’après une cavale de quatre ans qu’il a été arrêté et accusé d’avoir comploté deux meurtres, ceux d’un trafiquant de stupéfiants indépendant, Mario Roy, commis à Saint-Valérien-de-Milton en avril 2000 et d’un membre du club ennemi des Rock Machine, Martin Bourget, survenu au camping Tropicana de Granby, en juillet de la même année.

Dans le premier cas, Lachapelle aurait surveillé la victime et accompagné le tireur, alors que dans le second, il aurait fourni les armes aux tireurs, selon la police.

Lire la suite sur le site de La Presse