Le ministère de la Santé et des Services sociaux a autorisé la conception et l’achat de nouveaux véhicules étant 20 centimètres (huit pouces) plus haut que les véhicules habituels.

Une nouvelle ambulance trop haute pour l'urgence

La nouvelle ambulance de la Coopérative des techniciens ambulanciers du Québec (CTAQ) du Saguenay-Lac-Saint-Jean est trop haute pour entrer dans le garage de l’urgence de Jonquière. Le patient devra donc être débarqué et transporté sur la civière à l’intérieur de l’urgence par les ambulanciers.

Le ministère de la Santé et des Services sociaux a autorisé la conception et l’achat de nouveaux véhicules étant 20 centimètres (huit pouces) plus haut que les véhicules habituels. Il appert que le ministère n’a pas validé, à l’avance, que la hauteur concordait avec les entrées de toutes les urgences. La nouvelle ambulance n’est pas encore en fonction et les autorités cherchent des solutions afin de remédier à cette situation.

Celle-ci n’est pas exclusive aux hôpitaux de Saguenay. Trois urgences de Québec et plusieurs de Montréal ne peuvent recevoir les nouveaux véhicules commandés par le gouvernement.

« Le problème est effectivement provincial. Et ce problème ne fera que s’aggraver, car d’ici deux ans, toute la flotte des ambulances doit être remplacée », explique Pierre-Luc Saint-Jean, président du Syndicat des paramédics du Saguenay.

« Et nous ne pouvons pas dire que cette ambulance n’ira pas à Jonquière. Le déploiement se fait de façon dynamique et nous ne pouvons prévoir l’ambulance utilisée pour envoyer un patient à Jonquière », ajoute M. Saint-Jean.

Présentement, le CTAQ, le syndicat et le CIUSSS regardent la façon de faire pour amener un patient à l’intérieur de l’urgence. Il est fort probable que les paramédics débarquent le patient sur la civière et le transportent jusqu’à l’intérieur.

Les nouvelles ambulances sont moins longues, plus hautes et plus performantes. Le fait qu’elles soient plus hautes permettra aux paramédics de rester debout durant le transport d’un patient afin de lui prodiguer des soins plus facilement.

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, n’en revient pas que le ministère n’ait pas été en mesure de prévoir cette problématique.

« Je suis renversé. Il s’agit d’une absurdité. Je n’arrive pas à comprendre que l’on n’ait pas prévu qu’une ambulance plus haute que les régulières ne pourrait pas entrer à l’urgence de Jonquière. »

M. Gaudreault est au courant de la situation depuis une dizaine de jours. Il a fait parvenir une lettre au CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean et il attend toujours une réponse.

Porte-parole du CIUSSS, Joëlle Savard précise que l’arrivée des nouvelles ambulances fait partie d’un projet-pilote étant donné que les modèles existants ne répondent plus aux normes et aux besoins.

« Nous travaillons pour trouver des solutions. Est-ce que ça va passer par l’infrastructure, par un garage temporaire, nous ne le savons pas. Nous analysons la situation avec les gens de l’hôpital et les paramédics », a conclu la porte-parole du CIUSSS.