Une foule record pour le Spectacle aérien international de Bagotville [PHOTOS]

Le Spectacle aérien international de Bagotville (SAIB) a battu un record samedi: le site a accueilli 93 000 personnes dans la journée. Un peu après midi, sous un ciel bleu presque sans nuages, la Base militaire de Bagotville avait atteint sa pleine capacité. L’organisation a dû refuser l’accès aux personnes qui se sont présentées en après-midi pour des raisons de sécurité.

Le service de navettes, qui était fait en collaboration avec la Société de transport du Saguenay, a été interrompu un peu avant 13h. Dès la fin de l’avant-midi, la file pour accéder au tarmac sur lequel les avions allaient effectuer leurs prouesses s’étendait sur plusieurs kilomètres. Certains spectateurs rencontrés par Le Quotidien ont affirmé avoir patienté pendant deux heures avant d’arriver sur les lieux.

Le SAIB, un événement toujours très populaire auprès de la population, a donc été victime de son succès. Pour la vice-présidente aux communications du SAIB, Nadine Belley-Traore, cette situation est du «jamais vu».

Un peu après que la décision de ne plus admettre de nouvelles personnes ait été prise, elle a expliqué que ce choix a été fait pour assurer la sécurité du public, advenant qu’il faille évacuer le site du SAIB rapidement.

Prouesses

Malgré cet achalandage qui dépassait les espérances, les spectateurs présents ont eu droit, comme toujours, à des acrobaties aériennes hautes en couleur: démonstration des CF-18 et d’un F-35, simulation d’un sauvetage avec un hélicoptère Griffon, chorégraphie des avions Harvard, prestation du Bone Shaker Jet Truck (un camion de course propulsé par un moteur jet turbo)... Ce sont cependant les Snowbirds qui demeurent les favoris du public.

Le capitaine Pierre-Marc Deschênes, un pilote des Snowbirds originaire de Tadoussac, n’en revenait pas de l’ampleur de la foule et de ses réactions.

«C’était vraiment excitant. Les Québécois se démarquent des autres foules. Ils nous donnent beaucoup d’amour. Le monde est content de nous voir, ça réagit beaucoup», lance-t-il aux abords de la piste de décollage.

Du haut des airs, malgré quelques turbulences, le pilote #7 de la formation des Snowbirds raconte avoir vécu une expérience à la hauteur de ses attentes.

«Ça faisait six ans que je n’étais pas venu. Pendant une des manoeuvres, j’ai regardé en bas et je me suis dit: ‘‘c’est vraiment impressionnant tout ces gens.’’ Ça donnait de l’adrénaline, c’est certain», explique celui qui est devenu pilote pour le sentiment de liberté que les vols lui procurent.

Parachute

L’immense foule n’a cependant pas pu voir le numéro préparé par les SkyHawks. Si la mort tragique d’un parachutiste gatinois a cloué les parachutistes militaires au sol, les temps que l’on fasse la lumière sur les circonstances ayant causé cet accident, ce sont les conditions venteuses qui ont empêché les membres des SkyHawks de se lancer du haut des airs.

L’organisation du SAIB demande au public d’arriver tôt dimanche. Le site ouvre à 7h30, et les navettes commencent à circuler à 7h20.

Il y a deux ans, le SAIB avait établi un nouveau record d’achalandage en accueillant 130 000 personnes à Bagotville.