Un «zoo exotique» clandestin retrouvé après un incendie à Saint-Thomas-Didyme

Les pompiers de la Régie intermunicipale Le Géant ont été appelés à intervenir sur un incendie dans une résidence de l’Avenue du Moulin, à Saint-Thomas-Didyme, tard mercredi soir. Sur place, les sapeurs ont eu quelques surprises en découvrant des animaux exotiques et sauvages, tous en captivité. Le dossier a été transféré à la Sûreté du Québec (SQ).

Une trentaine de serpents ont été retrouvés sur la propriété, en plus de quatre ratons laveurs, 290 souris en cage, des rats, des cochons d’Inde et des oiseaux, entre autres.

« Ça fait 46 ans que je suis dans le domaine du service incendie et j’ai vu des animaux exotiques à quelques reprises, mais en quantité aussi importante, c’est rare », a convenu le directeur incendie à la Régie intermunicipale Le Géant, Jerry Piquette. Cette régie compte sur des casernes à Normandin, Saint-Edmond-les-Plaines, Girardville et Saint-Thomas-Didyme.

Les serpents et les ratons laveurs ont été retrouvés dans la résidence, tandis que les autres bêtes étaient dans un entreposage situé à l’arrière. Ce site n’a pas été touché par l’incendie. Les serpents ont pu être sauvés, mais les ratons laveurs n’ont pas survécu. Tous les animaux ont été pris en charge par un refuge animal, selon Jerry Piquette.

Les pompiers ont reçu l’appel vers 23 h mercredi soir, concernant de la fumée qui se dégageait par les fenêtres et les portes du bâtiment. Une première équipe a procédé à l’extinction du foyer d’incendie, avant d’amorcer le travail de déblai pour s’assurer qu’il n’y ait pas de reprise.

« C’est à ce moment qu’on a découvert un nombre faramineux de bestioles, animaux exotiques et animaux sauvages, qu’on n’a pas l’habitude de voir en captivité, a expliqué M. Piquette. Après avoir sécurisé les animaux, on a terminé notre travail pour contrôler l’incendie et préparer l’endroit pour amorcer nos recherches. »

La SQ enquête

La résidence était habitée par une personne qui n’était pas sur place lorsque l’incendie s’est déclaré. Selon le service incendie, les dommages seraient importants à l’intérieur de la maison, mais elle ne serait pas une perte totale.

« À la suite de ma vérification, j’ai trouvé un foyer d’incendie qui est probablement la cause, mais quant à la responsabilité, je ne suis pas en mesure de m’avancer. Le dossier a été transmis à la Sûreté du Québec », a fait savoir Jerry Piquette.

De son côté, le porte-parole de la SQ Hugues Beaulieu a confirmé qu’un technicien en scène d’incendie et un enquêteur se sont rendus sur place jeudi pour connaître l’origine du brasier.

« Pour l’instant, aucune piste n’est écartée, a affirmé le sergent Beaulieu en fin d’après-midi. On pourrait parler d’un acte criminel, d’un accident ou d’un trouble électrique. Tout est sur la table présentement. »

La thèse d’un geste de négligence n’est pas non plus écartée dans cette affaire. L’occupant de la résidence n’a pas été mis en état d’arrestation. Il sera rencontré pour tenter de faire avancer l’enquête, comme dans tout autre cas d’incendie de bâtiment.