L’Estrie a aussi vu son nombre de cas d’infection à la COVID-19 augmenter de 39 mercredi ce qui porte le total pour la région à 169.
L’Estrie a aussi vu son nombre de cas d’infection à la COVID-19 augmenter de 39 mercredi ce qui porte le total pour la région à 169.

Un premier décès en Estrie

Simon Roberge, Initiative de journalisme local
Simon Roberge, Initiative de journalisme local
La Tribune
Claude Plante
Claude Plante
La Tribune
Un premier décès est survenu en Estrie en raison de la pandémie de la COVID-19. Le CIUSSS de l’Estrie a confirmé la nouvelle, mais a refusé de donner de l’information supplémentaire. L’Estrie a aussi vu son nombre de cas d’infection à la COVID-19 augmenter de 39 mercredi ce qui porte le total pour la région à 169.

L’Estrie est donc encore mercredi la deuxième région la plus touchée par la pandémie du coronavirus au Québec. Seule la région de Montréal (603 cas) a plus de cas de la COVID-19 sur son territoire. La Montérégie, avec 148 cas, est également touchée sévèrement. Au Québec, ce sont 1339 cas qui sont confirmés.

À LIRE AUSSI: Trois nouveaux décès au Québec: «La plus grande bataille de notre vie», dit Legault

« Je n’ai pas toutes les explications, admettait Dr Alain Poirier, directeur de santé publique en Estrie, mardi en conférence de presse. En terme de population, on est à peu près 1/16 du Québec, mais on a 1/8 des cas, c’est le double ! Il y a plusieurs hypothèses dont la principale est que l’Estrie est une région où les gens ont voyagé plus. »

« Est-ce qu’on a voyagé dans des destinations où il y avait plus de cas, ça peut être une explication, mais je n’en ai pas de meilleures, ajoutait-il. On espère juste qu’on ne va pas continuer dans le peloton de tête parce qu’on fait toutes les mesures pour protéger la population. »

La Santé publique de l’Estrie ne tient pas de point de presse pour répondre aux questions des journalistes mercredi.

Questionnée à savoir s’il y a une éclosion de cas dans un autre milieu pour personnes âgées en plus du Manoir Sherbrooke, la Santé publique s’est montrée laconique.

« Comme pour les autres cas, nous ne commentons pas une situation ou un cas en particulier à moins qu’il y ait un enjeu majeur, peut-on lire dans la réponse acheminée par courriel. Nous n’émettrons aucun commentaire supplémentaire sur cette information. »

Valcourt

Par ailleurs, La Tribune a appris qu’un employé de la succursale de Valcourt, de la Caisse Desjardins du Val-Saint-François, a contracté le fameux virus.

Ce dernier a été retiré du travail et un protocole strict a été mis en branle, assure Jean-Benoit Turcotti, conseiller en communication chez Desjardins.

« Nous avons informé la Direction de la santé publique qui verra à procéder à l’enquête adéquate en pareil cas », dit-il, quand on lui demande si l’employé en question a pu avoir des contacts avec des usagers de la caisse.

« La santé et la sécurité de nos employés et celles de nos membres demeurent une priorité. »