Un premier cas probable de COVID-19 au Québec

MONTRÉAL — Un premier cas probable de coronavirus a été identifié au Québec, a annoncé la ministre de la Santé, Danielle McCann, jeudi soir.

Il s'agit d'une femme de la région de Montréal qui revenait, lundi, d'un voyage en Iran. La dame s'est présentée d'elle-même dans un hôpital qui n'a pas été identifié, le soir même de son retour au Canada.

Elle a subi des tests qui se sont révélés positifs. L'échantillon a été remis au Laboratoire national de microbiologie de Winnipeg pour confirmation. Selon la ministre McCann, les résultats devraient être disponibles dimanche.

La patiente se sentait assez bien pour qu'elle soit renvoyée à son domicile où elle restera en isolement.

«La prise en charge de la personne infectée s'est bien déroulée, ce qui démontre que nos protocoles d'intervention fonctionnent», a déclaré la ministre McCann au cours d'une conférence de presse qui s'est tenue simultanément à Montréal et à Québec.

«Il n'y a pas lieu de s'inquiéter, le risque demeure faible», a-t-elle ajouté.

La femme est arrivée au Québec lundi, après une escale à Doha, au Qatar. Les examens ont été menés, mardi, et le résultat positif au nouveau coronavirus — appelé COVID-19 — a été déclaré jeudi après-midi.

Selon le directeur général adjoint de la protection de la Santé publique, le Dr Yves Jalbert, la dame ne s'est pas rendue à son travail ou n'a pas emprunté le transport en commun depuis son retour au Québec.

Les autorités rechercheront les personnes avec qui cette dame a été en contact étroit. Sa famille immédiate se trouve déjà en isolement volontaire.

Une démarche est en cours concernant ses déplacements en avion, «afin d'identifier les gens qui étaient près de cette personne dans l'avion, et intervenir auprès d'eux», a indiqué M. Jalbert.

«Ce qu'on demande aux gens, c'est de prendre des mesures d'hygiène toutes simples — comme se laver fréquemment les mains et se couvrir la bouche en cas de toux. On a un cas probable qui est arrivé, avec des symptômes très légers, et on a quand même réussi à poser un diagnostic, donc c'est extrêmement rassurant ce qu'on a vu aujourd'hui», a-t-il affirmé.

«On prend toutes les mesures nécessaires pour cette situation, mais le risque global demeure quand même faible en dépit du premier cas probable au Québec», a ajouté M. Jalbert.

Jeudi, il y avait encore 21 personnes sous investigation dans la province.