Un policier en civil remarque des individus louches au Walmart

Les policiers de Magog ont dû une fois de plus intervenir au magasin Walmart pour une autre histoire rocambolesque mettant en scène des malfaiteurs.

Mardi en fin d’après-midi, un policier en civil effectuant ses courses personnelles a constaté quelque chose de suspect à l’entrée du magasin grande surface. «Il y avait deux personnes, dont l’une, avec un appareil à l’oreille qui parlait une langue autre que le français ou l’anglais, probablement une langue d’Europe de l’Est», raconte Sylvain Guay, lieutenant à la Régie de police de Memphrémagog (RPM). Ils regardaient le stationnement et se promenaient entre les caisses libre-service.»

À lire aussi: Ils fuient les policiers avec un bébé à bord après un vol au Walmart

«Le policier sur place, avec l’aide d’agents de la sécurité, a surveillé de plus près la situation pendant que des policiers en services de la RPM se dirigeaient sur place.»

Les individus louches se sont sentis surveillés. «L’un d’eux a quitté avec un complice dans un Toyota Corolla de couleur noire dans les années 2014 qui se trouvait dans le stationnement et l’autre a fui par la forêt derrière le Walmart», ajoute M. Guay,  pour en ressortir face au commerce Tapis Magog, toujours le long de la rue Sherbrooke. Leur fuite explique bien que leurs intentions étaient plus ou moins louables.»

Les policiers, qui les recherchaient mercredi avant-midi, possèdent une bonne description de deux des suspects. L’un d’eux est un homme blanc, mesurant six pieds et un pouce et portant un manteau foncé avec un capuchon. L’autre est un homme de race blanche, faisant cinq pieds neuf pouces. Il portait lui aussi un manteau foncé avec capuchon.

Un autre individu, dont la description est inconnue, prenait place dans un Toyota Corolla.

M. Guay ajoute que dernièrement, la RPM a reçu des plaintes de personnes âgées ayant été victimes de fraudes par cartes de guichets ou par cartes de crédit par des gens correspondant à ses agissements.

«Les individus identifient une  personne âgée dès son arrivée au  Walmart et la suivent alors qu’elle fait ses courses dans le magasin. Ensuite, à la caisse, ils se placent tout près pour voir le code NIP qu’elle compose», dit-il.

Les suspects privilégient les caisses libre-service où les employés sont moins présents, précise le lieutenant Guay.

«Une fois qu’ils ont le NIP de la personne et que l’endroit de son véhicule est connu dans le stationnement, ils déposent de l’argent en monnaies au sol près du pare-choc avant et lorsque la personne arrive, après avoir déposé son sac à main et ses colis, elle est abordée par deux personnes s’exprimant en langue étrangère, et ils lui font signe que l’argent au sol est à elle», poursuite Sylvain Guay dans un communiqué de presse.

«La personne se penche pour récupérer la monnaie. Pendant ce temps un autre individu en profite pour fouiller le sac-à-main dans la voiture et prendre note des numéros de la carte qui a été utilisée à la caisse lors du paiement. Par la suite, la carte est clonée et les suspects effectuent de petits retraits chaque jour et cela prend beaucoup de temps avant que les personnes s’aperçoivent qu’elles sont victimes de fraudes. Comme exemple, lors d’une plainte, une victime avait été fraudée de plus de 6000 $.»

La RPM recommande aux personnes âgées et leur famille afin d’être vigilants et rapporter toute situation louche au service de police et la sécurité du magasin. Ce stratagème est utilisé régulièrement dans plusieurs commerces de détail avec de grands stationnements, affirme-t-il.

Vendredi dernier, un simple vol à l’étalage au magasin Walmart de Magog s’est transformé en une poursuite policière alors que le véhicule de fuite avait à son bord un bébé d’un an. Rappelons qu’un père de famille et son complice ont été arrêtés et l’enfant confié à sa mère.