Un phoque a été retrouvé par un citoyen aux abords du lac Saint-Pierre, à Yamachiche.

Un phoque retrouvé mort à Yamachiche

YAMACHICHE — Un phoque mesurant un peu plus d’un mètre a été retrouvé par un citoyen aux abords du lac Saint-Pierre, à Yamachiche, samedi matin. Le citoyen qui a retrouvé l’animal a fait la surprenante découverte au moment où il allait tondre son gazon.

Jonathan Caron-Dupuis a aussitôt contacté l’organisme Urgences mammifères marins qui a, quant à lui, dépêché une bénévole sur place. Cette dernière est venue mesurer l’animal en question en plus de prendre plusieurs photos afin que celles-ci soient évaluées pour déterminer les possibles causes du décès de l’animal.

Le phoque dont l’espèce n’a pas encore été déterminée était très mal en point lorsqu’il a été découvert. M. Caron-Dupuis émet l’hypothèse que l’animal ait été frappé par un bateau et qu’il aurait rampé jusqu’à l’endroit où il a été retrouvé. Par contre, la propriétaire de Zoo Académie de Nicolet, Jacinthe Bouchard, estime plutôt qu’il aurait été traîné par un animal. «Un phoque, c’est trop rapide et agile pour être frappé par un bateau. Ce n’est pas impossible, mais ça me surprendrait beaucoup parce qu’ils peuvent nager jusqu’à 100 mètres de profondeur et jusqu’à 30 minutes. Si ça avait été le cas, il ne se serait pas sauvé sur un terrain, mais se serait noyé. C’est probablement un animal comme un coyote qui est allé le chercher près de l’eau et qui l’a traîné jusque-là», affirme-t-elle.

L’animal se trouvait dans un piteux état, alors qu’une partie de sa tête était couverte de sang.

Comme le phoque a été retrouvé à quelques centaines de mètres du lac Saint-Pierre, il serait impossible, selon les informations recueillies, qu’il ait été emporté par la marée. Selon les odeurs qu’il dégageait et l’état dans lequel il se trouvait, l’animal pourrait être à cet endroit depuis quelques jours déjà.

Bien que ce genre d’animal vive plutôt dans l’eau salée, il n’est pas rare d’en apercevoir en eau douce comme c’est le cas pour le lac Saint-Pierre. «Ça arrive régulièrement, plus qu’on le pense. Oui, ils restent plus dans le coin de la Gaspésie habituellement, mais ce n’est pas anormal d’en voir ici aussi», a poursuivi Mme Bouchard.

Selon la responsable des communications du Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins (GREMM), Marie-Ève Muller, plusieurs signalements auraient été faits dernièrement concernant un phoque barbu aperçu dans la région. Il est toutefois trop tôt pour déterminer les causes du décès et l’espèce exacte de l’animal retrouvé samedi.

Le phoque a été retrouvé à quelques centaines de mètres du lac Saint-Pierre, donc il n’aurait pas été emporté par la marée.

Le ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques devrait communiquer avec la Municipalité de Yamachiche, lundi, pour déterminer ce qui arrivera avec la carcasse de l’animal. «On est pas encore certain de ce qui va advenir de la carcasse puisqu’une équipe de vétérinaires doit l’évaluer. Ce sont le ministère et la municipalité qui vont décider ensemble quand elle sera retirée», a confirmé Mme Muller.

Davantage d’informations devraient être disponibles au cours des prochains jours, notamment à la suite de l’évaluation médicale.