L’état de la carcasse laisse présager un choc violent au moment de l’écrasement de l’hydravion.

Un hydravion s’écrase au Lac-Kénogami: le pilote s'en tire bien

Un homme d’une soixantaine d’années l’a échappé belle, lundi après-midi, après que l’hydravion qu’il pilotait se soit écrasé quelques minutes après son décollage sur le lac Kénogami. Il s’en est tiré avec des blessures mineures, mais les services d’urgence ont jugé bon de le transporter au centre hospitalier par mesure de précaution.

Le Service de police de Saguenay (SPS) a reçu un appel à 14h19, concernant un écrasement d’hydravion dans le secteur du lac Kénogami. Selon les informations partagées par le sergent Dominic Simard, du bureau de la prévention et des communications, en plus de celles recueillies sur place, l’appareil est demeuré en basse altitude tout au long du court trajet. Il s’est ensuite écrasé dans le boisé derrière la résidence du 5008 rue des Cerfs, à la limite du numéro civique 5016.

L’hydravion s’est écrasé à seulement quelques mètres d’une camionnette stationné dans la cour du 5016 rue des Cerfs, au Lac-Kénogami.

Il s’en est fallu de peu que l’hydravion entre en collision avec une camionnette stationnée dans la cour du propriétaire du 5016, ou encore avec des fils électriques. L’état de la carcasse laissait présager que le choc de l’atterrissage avait été plutôt violent. Il pourrait s’agir d’un hydravion de type Piper.

«Le monsieur a été très chanceux de s’en sortir pratiquement indemne, a convenu Dominic Simard, du SPS. Selon ce que les gens ont vu, l’hydravion a décollé normalement, mais il s’est écrasé quelques instants plus tard.»

L’hydravion a été complètement éventré à la suite de la collision.

Le pilote aurait même été en mesure de quitter l’habitacle par ses propres moyens, avant l’arrivée des secours.

En plus de la police de Saguenay, des pompiers du Service de sécurité incendie de Saguenay se sont rendus sur place, en plus d’un employé d’Urgence-Environnement, du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, dans le but de faire un contrôle des fluides perdus dans le sol.

L’hydravion a été complètement éventré à la suite de la collision.

Le site était toujours sécurisé par un véhicule patrouille du Service de police de Saguenay, plus d’une heure après l’accident. La rue des Cerfs est accessible par le Chemin Bouchard, qui lui se prend par le chemin du Quai au Lac-Kénogami.